Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

 

 

Les choses semblent organisées, comme en Occident, pour créer l’événement, à l’occasion de la sortie du livre de mémoires de Chadli Bendjedid.

 

 

Publication de bonnes feuilles, vite démenties, querelles entre les « nègres » qui ont recueilli les "vraies confidences" de celui que la plébe d’Alger avait surnommé Brouqlou. La palme revenant à l’inénarrable Benchicou qui ne semble pas guéri de la propension à respirer les remugles des hauteurs du système et de ses combats de fauves. Avec une préférence : Benchicou ne peut pas sentir Bouteflika et Chadli lui a donné des reparties utiles...

 

 

 

Qui publiera les témoignages sur la manière dont les citoyens ordinaires ont vécu l’ascension, la flamboyance, le déclin du Chadlisme et la naissance de l'avorton démocratique qu'on lui fait enfanter ?

 

 

La levée des autorisations de sortie du territoire, certes, mais surtout l’effroyable dérèglement national, enfanté par cette pseudo présidence, pendant laquelle l’émission TV la plus suivie, dans la middle class repue d'Alger, était -derrière Dallas- un interminable téléfilm relatant les faits et gestes de l’empereur Claude, de son épouse et de son système.

 

 

 

On nous promet des révélations de Chadli sur le rôle des uns et des autres. Mais sans faire trop de dégâts quand même : les cibles citées par les "indiscrétions" de la presse sont déjà mis à l’écart des centres de décision du système. Une manière d’essuyer le couteau sur les absents. Belkheir étant décédé, Pauvre Nezzar, à qui on fait porter le deuxième chapeau alors qu'il ne fut sans doute qu'un exécutant  ! Sans doute le seul vrai "militaire" du système!

 

 

 

Saoudi Abdelaziz, 21 octobre 2012

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article