Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

En annonçant hier qu'il allait mettre en œuvre deux décrets de novembre 2011 garantissant la liberté de la presse et organisant l'audiovisuel, le gouvernement satisfait une revendication des journalistes tunisiens qui observaient une grève nationale très suivie après des mois de tensions croissantes avec le gouvernement.(à suivre).

 

Ci-après un compte rendu des actions de masse des journalistes.

 

 

Journée de colère des médias tunisiens

 

"Ras le bol ! On en a marre de l’attitude du gouvernement. Il fait la sourde oreille, il veut manipuler la presse, il ne cesse de pointer du doigt les journalistes. Marre !" s’énerve Sana Farhat, journaliste au quotidien francophone tunisien Le Temps. Le journal est le fer de lance du mouvement de contestation depuis août, et la nomination d’un directeur controversé à la tête du groupe qui le détient. Dans son édition du 17 octobre, la rédaction explique que la grève générale observée dans le secteur des médias en Tunisie "est un message très clair adressé aux responsables du pouvoir". "Nominations arbitraires", "exactions contre les journalistes", "vide juridique", autant de points dénoncés par le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), qui a appelé à la grève fin septembre.

"Liberté, liberté pour les médias tunisiens !" scandent les journalistes de la maison de presse Dar Assabah, propriétaire du Temps et d’Assabah (arabophone), pendant qu’une ambulance emporte leur collaboratrice Lamia Chérif. Depuis le 10 octobre, cette Tunisienne d’une trentaine d’années, journaliste pour le quotidien Assabah, est entrée en grève de la faim avec six autres confrères. Ils protestent contre l’échec des négociations avec le gouvernement concernant le remplacement du nouveau directeur Lotfi Touati. Le 23 août, cet ancien commissaire de police, impliqué dans des affaires de corruption, a été propulsé à la tête de Dar Assabah par les autorités tunisiennes. Les journalistes y voient, eux, une tentative de mainmise. Depuis cinquante jours, un petit encadré noir en une de ces journaux qui appartenaient à Sakher el-Materi, le gendre de Ben Ali, et qui sont placés depuis le 14 janvier sous la tutelle de l’État, rappelle le combat de ces journalistes.

"La grève de Dar Assabah symbolise la situation des médias, qui vivent un véritable bras de fer avec le gouvernement. Mais ce dernier nous a assuré que dans les jours et semaines à venir la situation serait résolue", annonce Souhayr Belhassen, présidente de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), en mission en Tunisie du 14 au 16 octobre, et dont la conférence de presse prévue ce 17 octobre a été annulée "en soutien aux journalistes tunisiens".

Devant le bâtiment du syndicat, dans le centre de Tunis, des centaines de journalistes se sont réunis en début d’après-midi. Hommes politiques, mais aussi artistes et membres de la société civile se sont joints à eux. Le 16 octobre, le nouvel ambassadeur de France, François Gouyette, s’est déplacé pour rencontrer les responsables du syndicat. "La liberté d’expression est le principal acquis de la révolution. Cet acquis est maintenant en danger et il y a une possibilité de retour en arrière. Ces derniers jours, il y a eu des interférences dans les rédactions. Par exemple, lorsque des médias invitent les membres du parti Ennahda, ils exigent que Nida Tounes (nouveau parti de l’opposition mené par l’ancien Premier ministre Béji Caïd Essebsi, NDLR) ne soit pas là. Ils veulent revenir à l’ère de la voix unique et de la pensée unique", s’insurge Zied el-Héni, membre du SNJT, qui assure que le gouvernement ne leur a pas proposé de s’asseoir à la table des négociations.

Depuis le 14 janvier, les médias tunisiens bénéficient d’une liberté de ton sans précédent. Mais ces derniers mois ont surtout été marqués par des procès de directeurs de rédaction, comme celui de Nessma ou d’Attounissia ; par l’arrêt de programmes radio, à l’instar de Chocolat chaud et Café noir de la radio nationale ; ou encore par près de 130 agressions de journalistes recensées par Reporters sans frontières, depuis le 1er janvier 2012, dont 80 attaques. "C’est alarmant, surtout qu’aucune de ces exactions n’a été sanctionnée", déclarait, début octobre, Olivia Gré, responsable du bureau RSF à Tunis.
La grève est largement suivie par les médias publics, qui fournissent "un service minimum". L’agence de presse tunisienne a annoncé ne couvrir que les "événements d’extrême urgence". Même tendance du côté des médias privés. La page d’accueil du site internet Business News est remplacée par une annonce "en grève", surplombée du titre : "Pas de démocratie sans médias indépendants".

Le gouvernement, lui, a regretté le maintien de cette journée de mobilisation et dément s’attaquer à la liberté de la presse. Face à la pression, la coalition au pouvoir, formée du mouvement Ennahda et de deux partis de centre gauche (le Congrès pour la République et Ettakatol), a publié un communiqué le 14 octobre annonçant notamment l’application du décret-loi 116, relatif à la liberté de l’audiovisuel et qui prévoit la création de l’HAICA, une sorte de CSA tunisien. "C’est le principal retour" qu’a reçu Kamel Laâbidi, ancien président de l’INRIC, instance chargée de la réforme des médias, qui a remis son rapport le 30 avril, dressant un lourd bilan de l’état de la presse et proposant plus 50 recommandations.

 

Une annonce gouvernementale vécue comme "un soulagement" par Reporters sans frontières. "Mais il faut que cette loi soit appliquée de manière inconditionnelle", nuance Belhassen Handous, membre du bureau de RSF à Tunis. L’ONG dénonce depuis des mois le vide juridique qui encadre la profession de journaliste. En cause, notamment, la non-application des décrets-lois 115 et 116, garants de la liberté de la presse, pourtant adoptés depuis novembre 2011.

 

Assawra, 17 Octobre 2012 – (Avec les agences de presse)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article