Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Par Saoudi Abdelaziz

 

  

  

 

 

Des centaines de milliers d’Européens refusant les sacrifices en faveur des banquiers sortent dans les rues espagnoles ou grecques : sur les écrans des 20 heures du monde, on ne verra que les violents affrontements entre les flics et quelques dizaines de provocateurs mis en scène pour le choc des images.

 

 

Lakhdar Brahimi et tant d’autres humains de bonne volonté sont tendus vers la recherche de passerelles de bon sens entre les uns et les autres pour mettre fin au calvaire des populations syriennes. On ne saura rien de ce véritable héroïsme pour la Paix, à contrecourant de la volonté de puissance des protagonistes guerriers. Les médias n'enquêteront pas sur les difficultés rencontrées par les médiateurs pour éclairer l'opinion publique contre les fauteurs de guerre. 

 

 

 

A la une des journaux télévisés comme tous les soirs, on nous fouettera encore une fois les sangs par l'annonce d'une énième offensive décisive des rebelles à Alep par l’AFP et autres agences tuyautées, depuis Londres, par l’habituelle OSDH, qui annonce dans la foulée un nouveau record de massacres. Avec le montage habituel de furtives images,  comme toujours invérifiables. La violence facilite la digestion de  la pub, disent les psychologues.

 

 

L’extraordinaire maîtrise de ce que Gramsci appelait les appareils idéologiques de l'Etat est le principal moyen de perpétuation, par assentiment, du système mondial de domination. Les médias en sont aujourd’hui le dispositif principal.

 

 

Mais n’est-on pas train d’assister à la perte tendancielle de leurs capacité d’influence ? La contradiction entre ce qu’ils encensent, condamnent, annoncent, martèlent, pronostiquent ou promettent, et les tendances profondes d’évolution de la réalité devient de plus en plus flagrante.

 

 

Ce qui les oblige à en rajouter.

 

 

Les gens sont enfin devenus abrutis pensent les médiatiques, mais à la longue, ce qui est excessif pourrait devenir insignifiant.

 

 

 

Saoudi Abdelaziz, 28 septembre 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article