Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Chaque jour environ 500 femmes marocaines pratiquent un avortement clandestin dont près de 200, sans aucun accompagnement médical, dans des conditions abominables.

Le professeur Chafik Chraibi, président l'Association marocaine de la lutte contre l'avortement clandestin, a voulu brisé le silence qui entoure cette tragédie à l’occasion d’une conférence à Rabat. Le gynécologue a plaidé pour une nouvelle mobilisation afin de réviser la législation qui pénalise l'interruption de grossesse,

La vice-présidente du parlement, Khadija Rouissi a, selon l’AFP, dénoncé « une politique de l'autruche », fustigeant l’absence de la ministre de la Femme et du développement social Basima Hakkaoui à cette conférence.

« C'est en fait la question de la violence que subissent les femmes qui est posée », a dénoncé Nouzha Skalli, ministre de la Femme dans le gouvernement précédent. En octobre 2011, elle avait déclaré que «le recours à l’avortement légal dans des cas extrêmes, comme le viol, l’inceste ou les malformations profondes du fœtus, n’est plus un tabou. Il fait partie d’un agenda gouvernemental.»

 

Source AFP, 17 juin 2012

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article