Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

Marie-France Grangaud, exposant les conclusions d’une étude du Ciddef, énumère, dans El Watan, les facteurs favorables au travail des femmes. D’abord la scolarisation de plus en plus poussée des filles : deux tiers des universitaires sont des femmes. Elle souligne les facteurs démographiques favorables : recul de l’âge moyen au mariage (31 ans pour les filles en 2011), réduction du nombre d’enfants (moins de 3 en 2011 contre 7 en 1980), célibat féminin plus fréquent. Mais aussi des textes non discriminants en matière de formation et de travail, de protection sociale.

Contrecarrant ces facteurs positifs, d'autres contraintes, mise en relief dans l'étude du Ciddef, pèsent lourdement.

 

Quelques chiffres parlants :

 

Le nombre de femmes actives a triplé au cours des 20 dernières années et s’est multiplié par 12 par rapport à 1977 pour atteindre, vers la fin de 2011, près de 1 561 000. Il est passé de 5,2% en 1977 à 17,7% en 2011. Pourtant, l’Algérie reste parmi les cinq pays où le pourcentage des femmes qui travaillent est le plus bas au monde.

 

 

Sur 100 femmes qui travaillent, 40 ont un niveau supérieur, alors que 10% seulement des hommes actifs ont un niveau supérieur.

 

 

75% de celles ayant obtenu un diplôme de l’enseignement supérieur au cours des cinq dernières années travaillent. Elles sont particulièrement nombreuses dans les professions intellectuelles et scientifiques où elles représentent 47% des effectifs, soit 478 000.

 

 

Moins de 10% des dirigeants sont des femmes (directeurs, cadres de direction et gérants), soit 26 000 sur 270 000.

 

 

20% des femmes actives, soit 311 000, travaillent à domicile et 69% sont couvertes par la sécurité sociale contre 52% des hommes.

 

Comme pour les hommes, le chômage touche en majorité les femmes de moins de 30 ans (73%).

30% des femmes, soit 467 000 de celles qui travaillent, sont en sous emploi par rapport au temps de travail, contre 16% seulement des hommes.

 

36,2% des femmes n’ont pas cherché de poste d’emploi, contre 1,6% des hommes.

 

38% des hommes et 25% des femmes sont opposées au travail féminin

 

80% des femmes sans travail refusent un emploi en dehors de leur wilaya.

 

 

 

 

Synthèse blog, 30 octobre 2012

Source El Watan.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article