Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

Synthèse blog, 16 janvier 2013

 

 

« Hollande défend la «légitimité de l'intervention française » titre ce matin le quotidien français le Parisien qui rapporte les propos du chef d’Etat français, au cours  de la cérémonie de vœux à la presse. «Si ce choix n'avait pas été fait, a assuré le chef de l'Etat, il serait trop tard.» Selon lui, « le Mali aurait été conquis entièrement par les islamistes ». La veille, un conseiller de François Hollande, confirme au journaliste  Armin Arefi, à Abouf Dhabi, la story telling mise au point par les Communicants. « Interrogé sur la présence de forces françaises sur le sol au Mali, en contradiction avec tout ce que Paris affirmait depuis des mois, le conseiller fait valoir que la France a "agi compte tenu de l'urgence et des risques qui pesaient sur la capitale malienne Bamako ».

 

Gilles Paris confirme l’histoire dans une analyse du Monde. Il écrit « La volonté française de "diriger de l'arrière" a été contrariée ». « Le terrain en a finalement décidé autrement. Au lieu de se fisssurer, le camp des rebelles s'est entendu pour passer à l'action, face à une armée malienne majoritairement fantomatique ».

 

L’armée française aurait, en quelque sorte, improvisé « pour sauver Bamako ». Même ceux qui ne disposent que de quelques rudiments de l’art de la guerre, savent que pour monter l’opération Serval, il a fallu des mois de préparatifs et d’entraînement. De même que pour obtenir du chef d’Etat algérien, l’autorisation -décisive- de survol du territoire algérien, il a fallu des mois de bavardages et de concessions gagnants-gagnants pour un « partenariat stratégique ».

 

Danssa « Déclaration sur la guerre au Mali » le FFS algérien ne s’y trompe pas lorsqu’il affirme d’emblée : « L’intervention militaire de la France au Mali est, en dépit des apparences, une intervention unilatérale et délibérée ».

 

Isabelle Lasserre avait vendu la mêche dès le 19 octobre 2012, dans le journal Le Figaro, où  elle relatait les indiscrétions sur les préparatifs  de guerre français : « L'opération militaire destinée à reconquérir le nord du Mali occupé par des groupes islamistes liés à al Qaida n'est plus, selon le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qu'une question de semaines. «Si on rate la fenêtre météo, nous serons obligés d'attendre un an», prévient une source proche du dossier. » 

 

 Synthèse blog, 16 janvier 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article