Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 Inspections en Irak    

DR-New-York, 14 février 2003. Dominique de Villepin s’oppose devant le Conseil de sécurité à l’invasion de l’Irak.

 

 

 

   

 

Dominique de Villepin critique l’intervention française et plaide pour un rôle central de l’Algérie

 

 

Dominique de Villepin, ancien Premier ministre et ancien ministre des Affaires étrangères de Jacques Chirac, a critiqué, ce dimanche 13 janvier, l’intervention militaire française au Mali. « L'unanimisme des va‑t‑en‑guerre, la précipitation apparente, le déjà‑vu des arguments de la "guerre contre le terrorisme" m'inquiètent », écrit‑il dans une tribune intitulée Non, la guerre ce n'est pas la France, publiée par Le Journal du Dimanche.

« Jamais ces guerres n’ont bâti un État solide et démocratique. Au contraire, elles favorisent les séparatismes, les États faillis, la loi d’airain des milices armées. Jamais ces guerres n’ont permis de venir à bout de terroristes essaimant dans la région. Au contraire, elles légitiment les plus radicaux », ajoute l’ancien ministre des Affaires étrangères, auteur, en 2003, du célèbre discours devant l'assemblée de l'ONU contre la participation de la France à la guerre en Irak aux côtés des États‑Unis.

 

« Nous nous battrons dans le vide, faute d’appui régional solide. La Communauté des États de l’Afrique Occidentale reste en arrière de la main et l’Algérie a marqué ses réticences », explique Dominique de Villepin, estimant qu’un « processus politique est seul capable d’amener la paix au Mali ».

 

Pour Dominique de Villepin, il faut d’abord une dynamique nationale pour la reconstruction de l’État malien. « Il faut aussi une dynamique régionale, en mobilisant l’acteur central qu’est l’Algérie et la Cédéao en faveur d’un plan de stabilisation du Sahel », ajoute‑t‑il. « Il faut enfin une dynamique politique pour négocier en isolant les islamistes en ralliant les touareg à une solution raisonnable ». Des propositions qui rejoignent celles formulées par l’Algérie.

 

, 13 janvier 2013. TSA

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article