Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

La Croix-Rouge internationale tire la sonnette d'alarme sur la situation "désespérée" des habitants de Syrte, en Libye, après plus de deux semaines de siège imposé.

 

Les combats se poursuivaient dimanche pour prendre cette ville côtière à 360 kilomètres à l'est de Tripoli où les pro-Kadhafi opposent une résistance farouche.

 

Les forces pro-CNT, positionnées au nord-est de la ville, ont pilonné à l'arme lourde, notamment à l'aide de chars le centre de Syrte où se retranchent les combattants pro-Kadhafi. Hichem Khadhraoui, un représentant du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) qui a visité la ville de 70 000 habitants, a affirmé que les blessés et les malades ne pouvaient pas rejoindre l'hôpital à cause des combats et des bombardements de l'OTAN.

 

"Plusieurs roquettes ont touché l'intérieur de l'hôpital pendant que nous y étions", a-t-il déclaré à l'AFP, déplorant "beaucoup de tirs aveugles" de roquettes, de canons antichars et de mitrailleuses. L'origine exacte de ces tirs n'a pas pu être établie, a-t-il ajouté, précisant que l'équipe du CICR avait été "surprise" que l'attaque survienne durant sa visite car "toutes les parties avaient été prévenues".

 

Le CICR a affirmé que les assiégés mouraient par manque de soins de base dû au "manque d'oxygène et de carburant pour le générateur" et que l'hôpital Ibn Sina était privé d'eau car son réservoir avait été touché.

 

Des centaines d'habitants entassés dans des voitures chargées de valises et de sacs quittaient encore la ville dimanche en direction de Misrata. Samedi, une roquette a tué deux enfants, dont les familles quittaient la ville. Radwan Abdelrahim qui fait partie de ces familles a affirmé que la situation à Syrte est devenue "intolérable". "Nous ne savons pas d'où proviennent les balles et les roquettes".

AFP, 2 octobre 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article