Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Par Saoudi Abdelaziz

 

Construire des usines en Algérie ? Depuis leur retour en force, au debut des années 80, avec l’infitah chadliste, les capitalistes français ont toujours préféré que notre pays soit un grand bazar pour pomper nos devises en écoulant leurs marchandises, fabriqués en France ou dans d’autres pays. Comment le hizbfrança va-t-il s’adapter aux réalités nouvelles avec l’irruption de la concurrence chinoise, l’offensive des allemands ou celle des anglo-saxons.

 

Nouvelle trouvaille que M. Raffarin l’a annoncé récemment : pour nous former au management industriel, nous allons injecter nos dévises directement dans leurs sociétés, en France même. On va leur acheter des actions, comme l’a fait le pauvre Kadhafi, avant d’être déboulonné ou comme le fait aujourd’hui l’Emir du Qatar lancé en roue libre.

 

On va commencer par Peugeot Citroën en mal de liquidités.Information démentie puis relancée ce matin : le feuilleton Peugeot-Citroën semble prende le relai de l’interminable série Renault. Lu dans El Watan aujourd’hui : « Une entrée de l’Algérie dans le capital de PSA pourrait être évoquée sur place la semaine prochaine, a confié hier une source diplomatique française au site économique français La Tribune. «Nous ne ferons aucun commentaire sur cette nouvelle rumeur», a réagi, pour sa part, le porte-parole de PSA. Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, qui a déjà rencontré un mois plus tôt son homologue algérien, Cherif Rahmani, sera du voyage ».

 

Quand à la création d’emploi en Algérie, c’est une autre paire de manches. Les Français préfèrent visiblement les « facilités stratégiques » du Maroc voisin où, après Renault, Peugeot compte assurer dans le Royaume, l’extension des ateliers du site de Vigo en Espagne, qui va vite atteindre ses limites. Une nouvelle implantation financée peut-être grâce aux devises algériennes. A défaut d’euros pour acheter les voitures de Renault et Peugeot, les Marocains disposent sans doute d’une main d’œuvre plus propice à des coûts de production bas. C’est le business.

 

Contrepoint à la prochaine visite de M. Hollande en Algérie, le premier ministre français est allé hier à Casablanca défendre les intérêts de l’économie française. Il a souligné que le royaume offrait "des atouts de premier ordre pour les entreprises françaises". "Nos destins sont liés, notre histoire est commune, elle va se poursuivre", a-t-il dit. M ; Ayrault a estimé qu’il y avait, dans le partenariat économique franco-marocain, "une chance à saisir pour la Franqce, pour ses entreprises, comme pour ses salariés". (Assawra.info)
"La colocalisation, c’est ne pas se faire la guerre, ne pas parler de délocalisation parce qu’on produit ici", a-t-elle ajouté, citant les domaines de l’"aéronautique et l’automobile""nous arrivons à faire cela".

 

13 décembre 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article