Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 
 
 
Le Quotidien d’Oran titre « 10 000 tentatives de suicide par an ». Les suicides semblent avoir pris le relai de l’hécatombe de la décennie noire. L'immolation " est un plaidoyer pour une nouvelle existence ", " une quête d'un pouvoir juste et égalitaire ". « Dépsychiatrisation du suicide en le considérant comme plutôt phénomène social, donc sa prise en charge incombe à l'Etat ». C'est ce que disent des chercheurs, réunis à Oran autour du thème « Algérie, changement social ou crise sociétale totale ".  Coïncidence, El Watan rapporte aujourd’hui les travaux de  l’anthropologue italienne Annamaria Rivera qui explique : «Il n’existe pas d’appareil de sécurité ou de propagande qui puisse occulter une torche humaine à la vue d’un nombre, petit ou grand de témoins. Et c’est aussi pour cela que l’auto-immolation (...) est un acte objectivement subversif. Ouvertement ou implicitement, elles sont, en effet, la voix populaire qui ‘‘ingénument’’ révèle que le roi est nu».
 
 
   
                                DR
Dans un article du 9 mai 2012, «L’escalade des suicides économiques : les comptables et les instigateurs», Mme Rivera parle du suicide dans son pays, l’Italie, et écrit que «les suicides sont toujours, d’une manière ou d’une autre, imputables à la société, mais surtout à ceux qui la dirigent et gouvernent». Alors qu’elle brûle, pense Mme Rivera, la torche humaine affirme fortement son existence : «Moi, je brûle, donc moi je suis». La même torche déclare solennellement à l’intention des autres : «Moi, je vous dis, moi, je vous accuse, moi, je vous déligitime, moi, je vous défie».
 
Synthèse blog, 8 décembre 2012
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article