Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Aïd lekbèche

 

Par El-Guellil

 

La lutte des classes a existé, elle existe et existera tant qu'il y aura réforme sur réforme, jusqu'à la réforme de nos enfants. Tant que ceux qui n'ont pas «intérêt» à ce que ça change, continuent à maquiller , à la fois la réalité elle-même et le langage, afin que des sbires mis à la tête des particules politiques aident à guider les troupeaux vers la fierté du statut d'esclave ou de mouton. (Au passage il paraît, à la veille de cet aïd el Kebir, qu'il existe en Algérie à peu près 20 millions de têtes de mouton, c'est dire tout le travail qui reste à faire.)

Ils veulent le bien de leurs concitoyens. Ils en connaissent le moyen pour les combler. Ils savent que tous les concitoyens aspirent à la fortune comme eux. Ils sont démocrates et ils veulent faire fortune puisque la démocratie le permet. Même ceux qui ne sont pas démocrates d'ailleurs, veulent faire fortune.


Voilà. Mais si tout le monde fait fortune qu'est-ce qui se passe ? L'argent ne vaut plus rien. Puisque tout le monde en a. Si tout le monde fait fortune, personne ne fait fortune. Donc il faut des pauvres. Donc il leur faut des pauvres. Pour faire fortune, il faut bien qu'ils se les fabriquent, les pauvres. Mais des pauvres qui ne font pas trop pleurer. L'idéal, ce serait qu'ils puissent au moins boire et manger. Car si le pauvre meurt, il faut en fabriquer un autre. A nouveau. Pour le remplacer. Voire deux ou plusieurs. Et ça n'arrête plus. Ça n'arrête plus. Car les pauvres sont indispensables. Donc pas trop pauvres. Des pauvres propres. Je suis démocrate. Je fabrique des pauvres. Des pauvres propres. Alors je suis riche.


C'est ainsi que la démocratie devient une immense machine à fabriquer la misère et la justifier par on est tous le pauvre de quelqu'un d'autre. Sauf que eux sont les pauvres de Bill Gates et nous pôvres de nous. Ainsi va la vie dirait le prêche, celui qui possède beaucoup rabbi izidou, et celui qui n'a rien rabbi izidou.

 

 

Le Quotidien d’Oran, 1er octobre 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article