Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Assemblée générale à El Hadjar demain

 

la souveraineté des travailleurs dans leur syndicat

 

«C’est aux travailleurs, seulement aux travailleurs, de décider de leur sort et de décider de ce qui leur convient». La sincérité du mot d’ordre lancé par le syndicat d’Arcelor El Hadjar sera mise à l’épreuve demain jeudi, à l’occasion de l’assemblée prévue au bâtiment PPL. Intervenant dans un contexte de confusion, l’assemblée sera mise à profit par les salariés pour mettre en avant les problèmes de fonds, liés aux revendications des travailleurs et à la gestion du complexe que « l’intrusion » de Aïssa Menadi a -malgré lui- contribuer à remettre à l’ordre du jour.

 

Selon le correspondant d’El Watan, le but assigné par le syndicat aux salarié à cette assemblée générale est « d’exprimer leur indignation quant à l’intrusion intempestive de l’ex-député Aïssa Menadi et ses inconditionnels dans les affaires du complexe ».

 

Pourtant, il ne faudra sans doute pas exclure que l’entrée des travailleurs dans l’arène pourrait permettre de dépasser le tête à tête confidentiel, en vase clos, syndicat-direction encouragé par la centrale UGTA de Sidi-Saïd et le gouvernement, alimenté par le chantage permanent à l’emploi pratiqué par Arcelor-Mittal. La multinationale veut en effet obtenir la mise sous le boisseau des revendications ouvrières en même temps que le maximum d’avantages financiers de l’Etat. La mise en scène et le psychodrame sécuritaire  détournent l’attention de la crise sociale dans le complexe.

 

Le Syndicat dans son appel à la tenue de cette assemblée fixe comme objectif de « préparer le plan d’action pour les deux mois à venir à savoir: finaliser les dossiers en instance avec la direction générale et préparer sereinement les élections (CP et syndicat) dès la fin du mandat qui expire tout prochainement ».

 

L’appel insiste sur la souveraineté du choix des travailleurs : «Eux seuls choisiront leurs représentants légitimes. Personne, quelle que soit sa position, ne leur imposera qui que ce soit. C’est l’urne, lors d’élections propres et démocratiques, qui décidera et il n’y aura plus de désignation, plus de coaptations ».

 

Synthèse blog, 30 mai 2012

 

   

Sidi-Bel-Abbès

Les travailleurs de l’ENIE en effervescence !

 

Ce matin, les travailleurs du complexe électronique de Sidi Bel-Abbes ENIE ont été à un doigt de déclencher une grève générale dictée par la situation sociale qu’ils endurent au sein du complexe si ce n’est l’intervention énergétique des agents de sécurité interne. L’absence du DG et autres représentants, qui dit-on, sont à l’étranger n’a pas permis de calmer le mouvement.

Cependant une récidive n’est pas à écarter dans les prochains jours en vue de satisfaire toute une plateforme de revendications qui a été préparée par une dizaine de travailleurs. Ces derniers mettent à l’index, la gestion catastrophique de leur représentant actuel voilà presque une décennie où clientélisme et piston se confondent avec la médiocrité. D’autant plus que le mandat de ces représentants a tiré à sa fin depuis belle lurette. En effet, ils dénoncent leur manque de représentativité associé un laxisme envers la direction générale et le Holding d’Alger. Nos interlocuteurs ajoutent que malgré l’effacement globale de la dette de l’entreprise, la réduction drastique des travailleurs à moins d’un millier et des ventes importantes annoncées d’ailleurs par la direction générale elle-même, aucune promesse quant à l’augmentation ou revalorisation des postes n’a été tenue. Des 7000 travailleurs , il n’en reste que 700 environ et des vacataires de plus quatre ans de travail sans discontinuité qui n’ont jamais été permanisés en dépit de la teneur de la loi qui interdit tout dépassement en ce sens. L’inspection de travail compétente est aussi évoquée et qui laisse faire dit-on.

 

 

H. Mahmoud, 29 mai 2012. Sidi Bel-Abbès-Info

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article