Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Près de Boumerdès, les lycéens de Chabet El Ameur ont marché depuis le nouveau lycée, dont les travaux sont toujours en cours, vers l'annexe du CEM Si Rachid, où l'enseignant Mohamed Chikhi entame son quatrième jour de grève de la faim pour dénoncer la dégradation des conditions de scolarisation dans la localité. Selon M. Aït Ali du Temps d’Algérie, Les lycéens ont parcouru plus d'un kilomètre pour se faire entendre. Ils ont scandé des slogans fustigeant la fuite en avant des responsables locaux qui, selon eux, ne s'intéressent qu'aux élections locales et les responsables du secteur qui affichent une totale indifférence. Des dizaines de citoyens de la commune, ont rejoint le mouvement dont des représentants de la société civile, qui sont sortis braver l'interdit en observant une marche pacifique. Sur leurs banderoles, on peut lire «Nous, citoyens de Chabet El Ameur, soutenons, Chikhi Mohamed dans sa grève de la faim», «Exécuteurs de sales besognes, dehors», et «La société civile réclame la dignité

 

Dans la region de Bouira, selon L’Expression, Les élèves du lycée Khellas Slimane de Bechloul, ont fermé leur établissement hier. Parmi les principales revendications soulevées par les lycéens, l'exclusion de leurs collègues nés en 1993 et 1994 et non admis à refaire l'année pour repasser le Bac. Précisons que la direction de l'éducation a récemment adressé une instruction aux directeurs des établissements du secondaire leur demandant de reprendre le maximum d'élèves nés à ces dates. Certains proviseurs continuent à faire de la résistance n'en faisant qu'à leur tête. L'autre grand problème soulevé par les lycéens de Bechloul concerne l'orientation. Beaucoup d'élèves refusent la décision de les envoyer dans des filières qu'ils n'ont pas choisies, la branche mathématiques et techniques mathématiques restant la plus contestée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article