Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

La semaine a été marquée par la vitalité des mouvements de masse locaux dans toutes les régions du pays autour des problèmes sociaux vitaux : logement, eau potable, électricité, cadre de vie, etc.

Nous reprenons quelques informations fournies par les correspondants locaux de quelques quotidiens.

 

 

Sétif

 

Les habitants du Dekakcha, commune d’El Hama, situé au sud de Sétif, ont fermé le siège de l’APC et toutes les voies d’accès avec des pneus enflammés, obligeant les commerçants à fermer boutique. Plus de 23 personnes ont été arrêtées par les forces de l’ordre qui sont intervenus pour dégager les routes.

 

A Aïn Oulmène, les habitants du quartier Lektarat, ont fermé l’artère principale à l’aide de pierres et de troncs d’arbre. L’aménagement de la cité est leur revendication essentielle.

 

A Aïn Azel, les de logements socio participatifs ont manifesté leur mécontentement sur le retard dans la remise des clés.

Sans salaires depuis plus de 5 mois, des dizaines de contractuels du pré emploi de Maoklane, commune située au nord de la wilaya, ont fermé avant-hier le siège de la daïra.

 

A El Eulma, les occupants des Harats et des habitations menaçant ruine ont observé un sit-in devant le siège de l’APC pour réclamer la délibération sur la liste des logements sociaux qui tarde, d’après eux,  à être affichée.

 

A Sétif ville, le bras de fer continue entre les habitants de la cité Kerouani, connue sous le nom d’«abattoirs», et les grossistes qui exploitent les magasins situés au rez-de-chaussée des immeubles du quartier. Le non-respect par un de ces commerçants des accords convenus entres les deux parties, stipulant l’interdiction des poids lourds à l’intérieur de la cité et la limitation de l’activité commerciale de 7 h à 15 h, a fait réagir des résidants  qui ont bloqué les différents accès de la cité à l’aide de pierres et de pneus brûlés.

 Les émeutes avaient commencé au mois de Ramadhan, essentiellement pour mettre fin vacarme généré quotidiennement par plus de 700 camions.

 

Blida

 

Dans la commune de Chebli, Les habitants du douar Khodemont bloqué la route Chebli-Boufarik, la matinée du lundi dernier, pour dénoncer la «marginalisation dont ils sont victimes de la part des autorités». 

 

 Mila

 

Les habitants de la cité El-Khaba ont bloqué, tôt dans la matinée d'hier, l'entrée de la ville au niveau de l'intersection menant au boulevard du siège de la wilaya pour protester contre le retard pris dans l'aménagement de leur cité, créée dans le cadre d'un lotissement privé. Les protestataires ont recouru à des pneus usagés et des branchages pour bloquer la circulation.

 

Tizi-Ouzou

 

Les 35 adhérents de la coopérative apicole et de la cuniculture de la zone industrielle de Oued Aïssi sont revenus à la charge pour dénoncer, pour la énième fois, la situation catastrophique dans laquelle se trouve leur coopérative à cause de sa mauvaise gestion.

 

Bouira

Ath Rached. Les habitants de H’lassa, un village situé à quelques kilomètres sud-ouest du de cette commune située à l’est de Bouira, ont fermé le siège de la mairie. Toile de fond : d’eau potable, d'un réseau d'assainissement, d’éclairage public, dégradation de la route menant au village sans. Les villageois demandent la réhabilitation de l’école primaire. Faute de quoi, ils menacent de ne pas envoyer leurs enfants à l’école primaire.

 

Bejaïa

 

À Souk El-Tenine, une marche a été organisée par les différents comités de quartier du village El-Wasta vers les sièges de l’APC et de la sûreté de daïra. Motif : exiger du maire le retrait de ses plaintes déposées à l’encontre de neuf citoyens du village tenus pour responsables des mouvements de protestation, il y a une dizaine de jours. Les protestataires avaient reproché au maire la délocalisation du projet de stade communal, initialement prévu sur un terrain vague et resté en jachère.

 

A Aokas plus précisément, le mouvement associatif de cette commune a décidé de fermer, dès 8 heures, la RN9 reliant la wilaya de Béjaïa à celles de Sétif et Jijel. Cette action a été décidée par une réunion  regroupant les représentants des associations et les habitants de la région. Les protestataires exigent notamment la délocalisation de la décharge publique située au bord de la RN9.

A Bir Slam, à l’entrée la ville de Béjaïa, les habitants de la cité Douanière ont procédé, hier, à la fermeture de la RN12 reliant Béjaïa aux wilayas de Tizi Ouzou, de Bouira et d’Alger. Ils réclament le raccordement de leur quartier au gaz de ville, l’assainissement, l’éclairage public et le revêtement des routes.

Dans la commune d’Oued-Ghir, les habitants du village Oumaâdhane, ferment le siège de leur APC et exigent l’alimentation en eau potable.

A Adekar, après un sit-in, les habitants d’un lotissement soutenus par des citoyens venus d’autres quartiers, ont procédé lundi dernier à la fermeture de la RN 12 et à la mise sous scellé de la daïra. Revendications : travaux de viabilisation, éclairage public, eau potable, délocalisation de la décharge publique.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article