Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

Revue de presse des journaux algérienne francophones. Liberté et El Watan, (pas encore mis en ligne), ne sont pas mentionnés.

 

 

 

 

 

Akram Belkaid, journaliste indépendant, ne porte pas dans son cœur le régime syrien, "brutal, violent, sanguinaire" et estime que " sa chute est souhaitable et nécessaire". Il décrit ce matin l'état d'esprit en Algérie:

"Par anti-impérialisme, une grande majorité d'Algériens est opposée à une intervention militaire en Syrie. Et nombreux même sont ceux qui soutiennent ouvertement Assad. Cette réalité pose problème à la propagande pro-guerre car elle remet en cause l'idée d'une attaque militaire qui serait unanimement soutenue et saluée dans le monde arabe. Plus important encore, elle oblige aussi à relativiser la thèse d'un affrontement global entre sunnites et chiites. Les Algériens, comme les Tunisiens et les Marocains, sont sunnites mais, qu'on le déplore ou non, cela n'empêche pas leur sympathie d'aller vers Assad l'alaouite et le Hezbollah. Celles et ceux qui, en Occident, pensent qu'une attaque contre le régime syrien sera saluée au Maghreb ou même en Egypte, feraient mieux de nuancer leur jugement et d'anticiper les réactions antioccidentales que cela provoquera".

 

"Hague et Fabius (chefs des diplomaties britannique et française) en rajoutent et disent qu'ils n'ont pas besoin du feu vert de l'ONU. En 2003, les Etats-Unis aussi, ont ignoré le «niet» de l'ONU en envahissant et en détruisant l'Irak. Qui leur a demandé de rendre des comptes, lorsqu'il s'est avéré que le prétexte n'était qu'un mensonge sans fondement? Qui demandera des comptes aux mêmes Etats-Unis, à la France, à la Grande-Bretagne, une fois le forfait contre la Syrie accompli? C'est cela le vrai drame et le vrai scandale de notre monde en ce début du IIIe millénaire. Mais pas que ça! Que dire des propos du chef de la diplomatie saoudienne, le prince, Fayçal al-Saoud, qui assurait: «La situation recommande une attitude ferme et sérieuse pour mettre fin à la tragédie humaine du peuple syrien.» Quand a-t-il été aussi ferme lorsque Israël massacrait les Palestiniens? Le ministre saoudien ajoute que le régime de Bachar al-Assad a «perdu son identité arabe». Le comble! La question qui se pose aujourd'hui, est bien de savoir ce qui reste d'arabe dans le Royaume de la «Saoudie» (faut-il encore le faire précéder du mot «Arabie»?) qui est totalement asservi aux intérêts anglo-saxons?"

 

M. Saadoune, l'éditorialiste du Quotidien d'Oran, est sur la même longueur d'onde :

 

"Mais le pire pour nous, en tant que citoyens algériens, est de voir la Ligue arabe dont notre pays est membre servir d'alibi, de faire-valoir et même de pousse-au-crime en Syrie. Ce n'est pas la première fois. Cette ligue est totalement tombée entre les mains des monarchies du Golfe, elle n'exprime plus que les seuls intérêts des monarques du Golfe. Certes, l'Algérie a exprimé des «réserves» sur la résolution de la Ligue arabe qui soutient ouvertement l'intervention militaire occidentale et qui accuse, sans attendre les résultats de l'enquête, le régime syrien. Mais ces «réserves» ne suffisent plus. Il faudra que l'Algérie - et d'autres pays sont dans ce cas - clarifie les choses et dise si cette ligue exprime le point de vue de tous les Etats ou celui des rois et émirs du Golfe seulement. Pour l'opinion algérienne, au-delà des clivages idéologiques, cette ligue ne les représente pas. Ils n'acceptent pas qu'elle parle en leur nom et au nom de leur Etat. Ce n'est plus une ligue des Etats arabes, c'est un instrument aux mains de l'Arabie Saoudite et du Qatar mis au service des intérêts extérieurs. Il faudra bien se décider un jour à en tirer les conséquences. Le plus tôt serait le mieux.

 

 

 

Maâmar Farah, le directeur du Soir d'Algérie sort de ses gonds:

"Sont-ils à court d’idées, les va-t-en guerre occidentaux. Après l’Irak et ses fantomatiques armes de destruction massive, voilà le tour de la Syrie et de son gaz meurtrier ! Branle-bas de combat et bruits de bottes. Du déjà vu ! Bachar et son clan seraient pourtant fous de lancer pareille attaque au gaz ! Scie-t-on allégrement la branche sur laquelle on est assis ?
En vérité, les chefs de file occidentaux, qu’ils soient de gauche ou de droite, défendent les intérêts du capitalisme et de l’ordre impérialiste qui place la survie d’Israël en tête de ses priorités ! Obama agit comme Bush, mais avec l’hypocrisie démocrate ! Hollande poursuit le travail commencé par Sarkozy en Libye. Idem pour le Britannique".

 

 

 

Kamel Moulfi intitule l'éditorial d'Algérie patriotique "La diversion de Hollande", car il voit dans la position du chef de l'Etat français un "excellent moyen de faire diversion sur les difficultés intérieures que vit la France ". Il conclut :

"Ce que Hollande et les dirigeants américains et anglais appellent «riposte appropriée» à la prétendue attaque aux armes chimiques dont ils accusent, sans aucune preuve, le gouvernement syrien, est tout simplement une agression contre un pays souverain, sans l’accord des Nations unies. Hollande n’est pas à une contradiction près, lui qui avait proclamé que la France ne prendrait jamais part à une quelconque intervention militaire sans le blanc-seing du Conseil de sécurité de l'ONU. Hollande, un va-t-en-guerre, sur la base d’une simple mise en scène, on aura tout vu !"

 

 

 

Lena Azizi choisit d'évoquer dans Reporters-dz, "ces voix que la propagande guerrière étouffe". "Opposants syriens libres qui disent ouvertement leur opposition à une intervention militaire étrangère dans leur pays, car elle ne fera que rendre plus inextricable la situation".

 

Parmi ces voix Haytham Manaa, un des responsables de l'opposition syrienne non armée. " Interdit de cité dans les médias satellitaires arabes et les médias occidentaux, il a le défaut d’être un opposant indépendant qui martèle constamment que les puissances extérieures, arabes et occidentales, attisent le feu pour entretenir une interminable guerre d’usure dans son pays".

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article