Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

"Le PJD a utilisé le fait qu'il était le moins corrompu des partis en lice, tous entachés de scandales d'ampleur". "Le PJD est un parti d'islamistes royalistes, créé en 1998, fondé avec le parrainage du ministère de l'Intérieur de Hassan II". "Le nouvel exécutif ne disposera d'aucune prérogative". Les spécialistes interrogés par Armin Arefi, le journaliste de l’hébdomadaire français Le Point ne croient pas à une volonté de rupture avec l’emprise du Makhzen. "Le rapport de forces au Maroc oppose désormais ceux qui sont décidés à jouer un rôle dans la transition démocratique réglée et ordonnée par le palais et ceux qui la refusent", résume Mathieu Guidère. Si ces derniers semblent avoir perdu une manche, ils pourraient continuer à jouer un rôle central à l'avenir. Texte intégral.

 

 

 

Maroc : les islamistes de Sa Majesté

 

Grand vainqueur des législatives, le parti islamiste PJD ne conteste pas le pouvoir du roi, qui restera le seul maître du pays.

Le cas Ennahda ferait-il désormais école au Maghreb ? Après la victoire écrasante du parti islamiste en Tunisie, et celle déjà annoncée des Frères musulmans en Égypte, les islamistes modérés du Parti justice et développement (PJD) ont remporté une large victoire aux législatives avec 107 sièges sur 395, et vont diriger le gouvernement pour la première fois dans l'histoire moderne du royaume. À sa tête, Abdelilah Benkirane, chef du PJD, devrait être nommé mardi par le roi Mohamed VI nouveau chef de l'exécutif marocain.

 

Une victoire islamiste qu'a toutefois tenu à relativiser le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, soulignant que les membres du PJD n'avaient pas de majorité absolue et faisaient déjà partie du précédent Parlement. "C'est un parti qui a des positions modérées. On ne peut pas partir du principe que tout parti qui se réfère à l'islam doit être stigmatisé. Ce serait une erreur historique", a insisté Alain Juppé, estimant qu'"il faut au contraire parler avec ceux qui ne franchissent pas les lignes rouges qui sont les nôtres, c'est-à-dire le respect des élections, l'État de droit, les droits de l'homme et de la femme".

 

"Volonté de changement" (islamologue)

 

"La tendance actuelle dans les sociétés arabes est d'élire des représentants islamistes", affirme l'islamologue Mathieu Guidère (auteur du Choc des révolutions arabes aux éditions Autrement). "Mais dans le cas marocain, il s'agit d'une transition davantage encadrée et réglée qu'en Tunisie." Avec une participation en hausse (45 %), les premières élections libres et ouvertes du pays, issues de la nouvelle Constitution votée en juillet dernier, ont permis au parti islamiste de voir son nombre de députés passer de 45 à 107 (sur 395), correspondant à son poids réel dans la population marocaine. Dès lors, cette victoire est-elle, comme en Tunisie, synonyme de "vote sanction" à l'encontre du système en place ou illustre-t-elle au contraire la montée en puissance du conservatisme religieux au Maroc ?

 

"Ce résultat montre une volonté de changement, répond Mathieu Guidère. Mais il est pour le moins transitoire." Car si le scrutin est officiellement "libre", il ne rassemble en réalité que des partis refusant de remettre en cause le statut de "commandeur des croyants" du roi, et à travers lui, la monarchie. Ce n'est donc pas une surprise si la campagne du PJD s'est limitée au thème populiste de la lutte contre la corruption, qui gangrène le royaume depuis toujours. "Le PJD a utilisé le fait qu'il était le moins corrompu des partis en lice, tous entachés de scandales d'ampleur", explique Zineb el-Rhazoui, journaliste et militante du Mouvement démocratique et civil du 20 février. Née des premières heures du Printemps arabe, la formation appelle à une "monarchie parlementaire réelle" limitant le pouvoir absolu du roi. Ainsi, il a préféré boycotter le processus électoral, estimant que la nouvelle constitution de juillet ne "possède pas de base démocratique", le roi restant désigné à vie.

 

"Islamistes royalistes" (militante)

 

"Le PJD est un parti d'islamistes royalistes, créé en 1998, fondé avec le parrainage du ministère de l'Intérieur de Hassan II", rappelle ainsi Zineb el-Rhazoui. "Quant à son chef, Abdelilah Benkirane, il estime que la monarchie parlementaire n'est pas adaptée au Maroc". La militante souligne par exemple le fait que le parti n'ait pas soutenu le Printemps arabe, allant même jusqu'à se ranger derrière le ministère de l'intérieur en condamnant les manifestations. Mais le Mouvement du 20 février n'est pas seul. Il bénéficie du soutien d'un allié de poids, Al Adl Wal Ihsane (Justice et bienfaisance), seul organe réclamant l'abolition pure et simple de la monarchie, brisant un tabou dans le royaume.

"C'est lui, le véritable parti islamiste", indique Mathieu Guidère. Avec près de 200 000 adhérents dans le royaume, Justice et bienfaisance demeure l'un des plus gros mouvements islamistes, après les Frères musulmans. Mais il a toujours été interdit. "Plus ancré et populaire que le PJD, cet organe beaucoup plus radical aurait obtenu beaucoup plus de voix s'il avait été autorisé à se présenter", affirme l'islamologue. C'est d'ailleurs le report de ses voix qui expliquerait l'impressionnant score du PJD. Pour la première fois à la tête d'un gouvernement, celui-ci aura une marge de manoeuvre limitée, les pouvoirs régaliens restant l'apanage du seul roi.

 

Nouveau rapport de forces

 

"Le nouvel exécutif ne disposera d'aucune prérogative", prévient Zineb el-Rhazoui. "Le Premier ministre ne pourra diriger le Conseil ministériel que par dérogation." En d'autres termes, c'est toujours au roi de fixer l'ordre du jour. D'ailleurs, dès l'annonce des résultats officiels dimanche soir, Abdelilah Benkirane a réitéré son allégeance au souverain. "Le roi est le chef de l'État et aucune décision importante ne peut être prise en Conseil des ministres sans la volonté du roi", a-t-il insisté. L'homme s'emploie actuellement à former un gouvernement de coalition, tablant sur une alliance avec les opposants "historiques" de l'Istiqlal (nationalistes conservateurs) et des partis de gauche USFP et PPS.

 

"Le rapport de forces au Maroc oppose désormais ceux qui sont décidés à jouer un rôle dans la transition démocratique réglée et ordonnée par le palais et ceux qui la refusent", résume Mathieu Guidère. Si ces derniers semblent avoir perdu une manche, ils pourraient continuer à jouer un rôle central à l'avenir. "Comme pour les précédents gouvernements, Le PJD, qui a accepté de se soumettre au Makhsen (régime marocain), pourrait se retrouver en porte-à-faux face à une corruption généralisée au sommet du régime", prévient Zineb el-Rhazoui. "Dans cette situation, le PJD ne risque que le discrédit." Pour Mathieu Guidère, les prochains mois s'avèrent d'ores et déjà déterminants. "Soit le roi accorde une marge de manoeuvre sociale suffisante pour que le PJD ait l'occasion de démontrer son efficacité, et attire vers lui les autres tendances islamistes. Soit il refuse, et ne fera que les radicaliser."

Armin Arefi, 28 novembre 2011. Le Point.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article