Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Dix-sept jours après le début du mouvement Occupy London Stock Exchange, les manifestants n'ont guère fait vaciller le capitalisme, mais ils ont sérieusement ébranlé l'Église d'Angleterre.

 

Trois responsables de la cathédrale Saint-Paul de Londres, sur le parvis de laquelle est installé un campement de quelque 200 tentes, ont démissionné après une série de revirements de l'Église.

Dernier en date: l'évêque de Londres a annoncé mardi son soutien aux manifestants et pris position contre leur expulsion. Elle avait pourtant été réclamée par l'Église vendredi, ce qui avait entraîné la démission du doyen de Saint-Paul. Mardi après-midi, les activistes saluaient la nouvelle sur les marches de l'édifice, alors qu'un ultimatum leur demandait d'évacuer les lieux sous 48 heures. «Nous sommes là pour un moment, l'Église est de notre côté, comme il se doit, se félicitait Nafeesa Shamsuddin, 28 ans, l'une des porte-parole du mouvement. Si on nous expulse, nous irons ailleurs, puis nous reviendrons et cela recommencera à zéro.»

 

Menaces d'expulsion

 

L'évacuation du camp était réclamée par la City of London Corporation, un organisme privé co-propriétaire du terrain avec la cathédrale Saint-Paul, soutenu par le gouvernement et la mairie de Londres, mais les poursuites ont été provisoirement suspendues mardi.

L'Église, de son côté, peine à trouver une ligne claire sur la question, entre commisération pour les manifestants et préservation de ses intérêts liés à une exploitation normale, religieuse et touristique de la cathédrale. Au premier jour du mouvement, l'un des membres du clergé avait prié la police de laisser les manifestants s'installer - avant de démissionner, lui aussi. Alors que le camp a doublé de taille, les autorités de Saint-Paul ont fermé le bâtiment au public pendant une semaine pour la première fois depuis la guerre. L'évêque de Londres, Richard Chartres, affirmait mardi que «les portes sont largement ouvertes pour dialoguer sur les sujets qui importent non seulement à ceux qui campent autour de Saint-Paul, mais à des millions d'autres dans ce pays et autour du monde».

 

Florentin Collomp, correspondant à Londres.1er novembre 2011. Le Figaro.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article