Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

  

 

Le 15 mai dernier El Watan titrait sa une "L'Algérie va droit au mur". Cette annonce était illustrées par le dessin d'un porteur de coufin pendu à un derrick. L'AIE annonçant une chute inéluctable du prix des hydrocarbures.

"Les prix du pétrole se maintiennent au-dessus des 100 dollars Un niveau qui semble devenir un consensus pour le marché ", constate, le journaliste économique Liès Sahar dans l'éditorial du "quotidien de référence".

 

 

 

Le marché pétrolier face à la géopolitique

 

 

Par Liès Sahar, 30 juin 2013

 

 

Les risques qui pèsent sur l’approvisionnement du monde en pétrole commencent à avoir des effets importants sur la géopolitique. Ainsi, malgré une offre abondante et une demande en baisse, les prix du pétrole se maintiennent au-dessus des 100 dollars. Un niveau qui semble devenir un consensus pour le marché. Si les politiques développent beaucoup de théories, y compris en s’inventant des «fantasmes», le marché, lui, est physique et financier et anticipe les risques majeurs.

 

L’insécurité en Libye, qui est devenue chronique, pèse sur le marché pétrolier. Et la compagnie nationale libyenne du pétrole a récemment tardé à annoncer la baisse de sa production, alors que le marché l’avait déjà intégrée dans les cotations du pétrole. Après avoir retrouvé son niveau de production d’avant les événements qui ont conduit à la chute de l’ancien régime, soit 1,6 million de barils par jour, la production libyenne est tombée à moins d’un million de barils par jour début juin, selon la Compagnie nationale de pétrole (NOC). Les protestations sociales sur les sites industriels et l’action des groupes armés dirigée contre les institutions paralysent l’activité économique et sociale.
Cette instabilité, dans un pays qui exporte un pétrole de très bonne qualité, ne peut laisser le marché indifférent. Surtout qu’il n’existe aucun projet d’amélioration de la situation.

 

La situation en Syrie est un autre facteur d’inquiétude du marché à cause des répercussions qu’elle peut avoir sur la région, y compris sur les monarchies du Golfe qui produisent un tiers de la production mondiale de pétrole. L’issue des combats, qui durent depuis plus de deux ans et ont fait déjà plus de 100 000 morts, reste une inconnue. Mais l’autre grande inconnue est la suite des événements. Que deviendront les djihadistes qui ont été envoyés en Syrie ? Quel sera le comportement des groupes armés vis-à-vis des pays voisins de la Syrie, si bien sûr ils arrivent à conquérir le pouvoir ? Plusieurs analystes anticipent sur le renforcement de l’influence des djihadistes dans la région, y compris dans les pays du Golfe, quelle que soit l’issue des combats qui se déroulent en Syrie.

 

Et c’est là qu’intervient le facteur risque. Une instabilité provoquée dans une région qui produit un tiers du pétrole dans le monde peut être fatale pour l’économie mondiale. Les répercussions d’une grave crise sur la société dans les grands pays consommateurs sont aussi une grande inconnue, surtout quand on sait que la frange de la société qui sera la plus touchée est la jeunesse. Les prix du pétrole restent au-dessus d’un certain niveau à cause de tous ces risques et il est fort à parier que la menace de voir les djihadistes se redéployer est déjà pris en compte.

 

elwatan.com

Commenter cet article