Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Des responsables de grand marchés émergents discuteront de la création d'une banque multilatérale pour financer des projets dans les pays en développement lors de la prochaine réunion du G20 ce week-end, a annoncé jeudi un haut responsable du gouvernement brésilien.

Les délégués du Brésil, de la Chine, de la Russie et de l'Inde, qui font partie des grands pays émergents (Brics), se réuniront samedi matin en marge de la réunion des ministres des Finances du G20.

"Ce sera discuté durant la réunion des Brics samedi", a déclaré le responsable interrogé sur le projet de banque multilatérale. "L'idée est que les Brics offrent le capital de cette banque, mais nous devons encore discuter pour savoir si cette banque servira à octroyer des prêts à d'autres pays émergents", a déclaré le responsable. "L'idée n'en est qu'à ses débuts" et les pays ne devraient pas à priori parvenir à une décision ce week-end, a-t-il précisé en ajoutant : "Le ministre (Guido Mantega) est bien disposé envers cette idée".

Le Brésil, en forte croissance, cherche depuis des années à accroître son influence à la Banque mondiale et au Fonds monétaire international. Guido Mantega a appelé à une élection transparente pour le remplacement de Robert Zoellick à la présidence de la Banque mondiale. Celui-ci doit quitter son poste en juin.

La Tribune.fr, 24 février 2012

 

Les BRICS veulent faire banque commune

Une banque multilatérale fondée par des pays émergents qui financerait les projets de ces derniers, c'est ce que l'Inde propose à ses partenaires du « BRICS » (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). Un officiel brésilien anonyme a confirmé que ce projet circulait actuellement. Il devrait faire l'objet de discussions parmi des délégués des pays en voie de développement lors de la prochaine réunion des ministres des Finances du G20, à Mexico ce week-end. « L'idée est que les BRICS abondent le capital de cette banque, mais nous devons encore discuter pour savoir si celle-ci proposera des prêts à d'autres pays émergents », a déclaré le responsable brésilien. Partageant le statut de pays en développement, ces cinq pays peinent à mettre en œuvre des politiques communes car leurs problématiques sont très différentes les unes des autres. La création d'une banque multilatérale commune constituerait donc une percée. La proposition de l'Inde intervient au moment où les pays émergents cherchent à exercer une plus grande influence au sein du FMI et d'autres institutions multilatérales. Jusqu'à présent, ils ne sont pas parvenus à mettre un terme à la tradition qui veut qu'un Américain dirige la Banque mondiale et qu'un Européen soie à la tête du FMI.

Un indicateur encourageant pour l'économie chinoise

 Alors que les signaux négatifs se sont multipliés, ces dernières semaines, au sujet de la conjoncture chinoise, le Conference Board américain a publié, ce matin, un indicateur avancé qui représente une lueur d'espoir. En s'établissant à 225,7 en janvier, cet indice a augmenté de 1,6% sur un mois, après une appréciation de 0,8% en décembre. Cet outil statistique est constitué à partir de l'agrégation de différentes données allant du crédit bancaire aux importations de matières premières en passant par les commandes à l'exportation, les anticipations des consommateurs et le lancement de nouveaux projets immobiliers. Pour le Conference Board, la situation économique de la Chine devrait donc s'améliorer légèrement au cours des prochains mois. Mais elle reste moins satisfaisante que début 2011.

 Les Echos, 24 février 2012 Gabriel Gresillon, correspondant à Pékin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article