Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Douanes : Des dizaines de travailleurs se rassemblent devant le siège de la centrale syndicale

Plus d’une centaine de douaniers venant de différentes wilayas du pays se sont rassemblés dans la matinée du samedi 26 novembre devant le siège de la centrale syndicale où 16 de leurs collègues observent une grève de la faim depuis dimanche dernier.

 

Alors que leur état de santé se dégrade sans cesse, les douaniers affirment ne pas rebrousser chemin avant la prise en charge de leurs revendications de la part de la direction des douanes. La détermination de ces protestataires semble se renforcer d’avantage vu le mutisme de l’organisme employeur depuis le début de l’action. En effet, cela fait sept jours que ces douaniers, dont des cadres, occupent l’entrée de cet structure sans pour autant susciter l’attention de la direction des douanes, affirme-t-on.

 

«Nous n’allons pas lâcher même si nous tombons un après l’autre », criait d'un ton rageur derrière le mégaphone Slimani Karim, inspecteur. «La direction des douanes est en état de décomposition en matière de compétences », a-t-il lancé. Une annonce qui a suscité une nouvelle vague d’applaudissement de ses confrères venus entre autre de Béchar, Oran, Sétif, Chlef et Tlemcen.

 

A ce dernier de rappeler, pour démentir toute rumeur, son attachement  et celui de ses collègues grévistes à l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) comme représentant syndical.  «On a créé une coordination parce qu’on n’avait pas le choix mais on n’est pas un syndicat parallèle, d’ailleurs c’est là, à la maison de Aissat Idir que nous avons décidé de mener notre action», a-t-il déclaré. Le visage pâle, les yeux larmoyantes, ce syndicaliste qui a cédé la parole à un autre n’a pu rejoindre son lit qu’en se faisant aidé par ses collègues.

 

Ces grévistes réclament la fin de l’ingérence de l’administration dans l’activité syndicale et la réhabilitation des douaniers suspendus dans leurs droits. Aussi, ils s’élèvent contre les mutations qu’ils estiment arbitraires.

 
Mina Adel, 26 novembre 2011. El Watan.com
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article