Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

La statue de la Liberté en construction

DR

 

  

  

Avant le disparition de l'URSS et du Camps socialiste,  on disait  "ils ont choisi la liberté" à propos des intellectuel ou des artistes qui choisissaient de quitter leur pays pour aller vivre en Occident. On se rappelle : leur choix était extrêmement médiatisé.

 

Aujourd'hui, est-on en train d'assister au phénomène inverse? Après Juian Assange, le fondateur de Wikileaks, recueilli par l'Equateur, c'est  Snowden qui prend le chemin du Sud. Les démocrates radicaux qui luttent pour la transparence du pouvoir dans les plus puissants pays capitalistes  "choisissent la liberté" au Sud.

  

A  Hongkong d'abord, où celui que la correspondante du Monde à Washington appelle "le dissident de la transparence" est autorisé contre l'injonction américaine à prendre l'avion pour Moscou.

  

Ensuite, pendant que  Caitlin Hayden, porte parole du Conseil national de sécurité nationale des USA, demande à Moscou d'expulser  Edward Snowden vers les Etat-Unis, un haut responsable de l'administration Obama, sous couvert d'anonymat, précise la ligne de propagande de l'administration américaine : "L'affirmation de Snowden qu'il n'agit que pour soutenir la transparence, la liberté de la presse et la protection des droits individuels et de la démocratie, est démentie par les protecteurs qu'il a potentiellement choisis : la Russie, la Chine, Cuba, Venezuela, l'Equateur..."

  

Le reste de l'argumentation renoue avec la grotesque propagande de la chasse aux sorcières: " Son refus de critiquer ces régimes suggère que sa véritable motivation a été tout du long de faire du tort à la sécurité nationale des Etats-Unis, non pas de faire progresser la liberté de l'Internet et la liberté de parole." Grotesque.

 

Saoudi Abdelaziz, 24 juin 2013

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article