Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

 

 

 

Le retard dans le paiement des salaires inacceptable à la veille de l'aïd a été le facteur déclenchant du mouvement de grève hier à l'Etusa, l'entreprise publique de transport de voyageurs dans la capitale.

 

Mais, la décision prise il y a quelques semaines par le nouveau ministre des transports Amar Ghoul est sans doute la cause profonde du ras le bol. Il a reconduit  à la tête de l'entreprise Yacine Krim, le gestionnaire fortement contesté depuis et dont le départ exigé à l'occasion de la dernière grève  semblait acquis, un intérim ayant même été désigné.

 

 

Pour le pouvoir, les salariés d'une entreprise du secteur public ne doivent pas exercer leur droit de regard sur le poste de directeur général. Cette règle sert sans doute de justification (avec d'obscures considérations claniques), au maintien de ce Dg, profondément rejeté par les salariés.

 

On se souvient qu'avec le départ du secrétaire du syndicat, le remplacement du DG fut l'une des revendications de la longue grève de novembre 2012, d'abord jugée "illégale" par les autorités. Le 15 novembre 2012 je notais dans le blog: " A l’Etusa c’est un mouvement unanime qui s’exprime -par le seul moyen existant- pour changer des relations professionnelles obsolètes et antisociales devenu intolérables. Le gouvernement serait bien avisé de ne pas sous estimer la revendication démocratique d’une corporation qui reste un des symboles d’Alger, ville rebelle, allergique aux injustices et qui n’a pas dit son dernier mot".

Depuis, le syndicat  avait certes été renouvelé, après des retards dus aux manœuvres communes dg-bureaucratie syndicale pour maintenir un syndicat maison. Mais, chasser le naturel..., dès sa confirmation par Amar Ghoul, le DG Krim a relancé sa subversion pour mettre sous sa coupe le nouveau syndicat, amenant cette fois-ci rapidement les membres du conseil syndical de l’entreprise à retirer leur confiance à leur secrétaire général, et représentant au conseil de participation : Djamel Aït Medjan est accusé de rencontrer secrètement le DG Yacine Krim, les "comploteurs" ayant été surpris par ses salariés dans une cafétéria du quartier chic d'Hydra...

 

Saoudi Abdelaziz, 9 octobre 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article