Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

Le journal Liberté et justice, publication officielle du mouvement Frères musulmans, vient d'être fermé. Lundi dernier les Frères musulmans, ont été interdits d'activité et leurs biens confisqués. La confrérie fait appel et  promet de «rester toujours présente sur le terrain, même après sa dissolution (...) Les Frères musulmans sont une partie de la société égyptienne, les décisions judiciaires entachées de corruption et politiques ne peuvent rien y changer».

 

   

Plus d’un millier de partisans du président déchu surtout, ont péri depuis dans des violences quasi quotidiennes. Les militaires ont aussi ordonné l’arrestation de plus de 2000 activistes islamistes.

 

   

Al Sissi coupe les ponts. Il ferme l'espace politique aux Frères musulmans tout en affirmant à l'international sa volonté de "réconciliation nationale". Les activités des services secrets établissent la responsabilité politique directe de la confrérie dans les attentats terroristes, notamment contre le ministre de l'Intérieur et les lieux de culte des Coptes.

 

"L'Egypte choisit le scénario algérien" titrait hier El Watan. L'Egypte, quel Egypte ? C'est le choix unilatéral d'Al-Sissi car si le désespoir et la haine  peuvent conduire des membres de la Confrérie à des actes individuels, on sait que la démarche politique avérées des Frères musulmans d'Egypte exclut radicalement le recours à la lutte armée. On sait que le montage d'actes terroristes a été un intsrument constant de Moubarak. Dans certaines limites. Le nouveau chef du pouvoir égyptien veut-il sytématiser la choses, dans une sorte de fuite en avant éradicatrice-nihiliste, pour réduire tous les obstacles à la remise de l'Egypte sous la tutelle de l'Etat autoritaire.

 

     

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article