Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

DR 

 

 

La chronique du Condjador (61)

 

 

En ce moment, on procède à la régularisation des pensions des « anciens de la révolution » Cela ne concerne plus ceux qui étaient au maquis, mais les prisonniers politiques ou les gens qui ont apporté un « soutien logistique » (c'est-à-dire ceux qui ont participé à la lutte de libération, sans porter les armes).

 

On dit que des gens qui ont été incarcérés pour des affaires de droit commun veulent aussi avoir leurs pensions et ont déposé des dossiers. C’est ce que m’a confié un ancien maquisard de Jijel, un vieux de la vielle. Pour lui, ces demandes sont la cause du blocage au niveau du ministère des Moudjahidine.

 

Personnellement je ne crois pas que ce soit la raison. Même si c’était vrai, comment peut-on, au ministère, amalgamer ces cas avec celui d’un demandeur qui dispose du certificat de la présence en détention précisant la durée de la peine et mentionnant, en grosses lettres, le motif de la condamnation : atteinte à la sureté de l’Etat français 

 

Pour moi, la vraie question qui reste posée c’est pourquoi on exclut depuis plus de dix ans, des moudjahidines qui ont fait de la prison ? On ne les écoute pas parce qu’ils ne sont pas représentés en haut ?

 

Depuis dix ans c’est la même rengaine à Jijel : « Ce n’est pas à notre niveau que ça bloque, on attend le feu vert du ministre à d’Alger ». Je suis sûr que ça fait dix ans que ce ministre reçoit des daawi (malédictions) de vieilles veuves en fin de vie.

 

Jijel, 6 août 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article