Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Le Temps d’Algérie semble découvrir qu’une grève peut coûte cher. C’est pourtant, sous tous les cieux, ce qui en fait une arme efficace face à la toute puissance de l’employeur (public ou privé). Sans même d'ailleurs les vérifier, Le Temps d’Algérie titre sur les propos de la direction de l’ENIE : « Une grève qui a coûté 160 millions de dinars ». La direction de l'Entreprise nationale des industries électroniques (ENIE) de Sidi-Bel-Abbès refuse aux salariés le droit d’avoir une section syndicale de leur choix. Les salariés observent alors un mouvement de grève pour faire aboutir cette revendication.

 

La suite de l’article est à l’avenant. « La direction de l'ENIE a déposé plainte contre les meneurs d'une grève «illégale» qui a entravé le bon fonctionnement de la production. Des procédures administratives ont été également prises à l'encontre des grévistes, notamment des retenues sur salaire ». Une autre précision  nous est donnée par S. D. qui signe cet article : « Cette grève avait même été observée par des jeunes contractuels recrutés avec des contrats de durée déterminée et qui, selon la règlementation, n'y ont pas droit ». Quelle est la  réglemention  qui interdit aux CDD le droit de grève ?

 

S. A. 6 juin 2012

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article