Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Le Congrès américain reste divisé sur le relèvement du plafond de la dette.

DR

 

 

 

 

 

Par Stephane6, 22 octobre 2013. Blog Mediapart

 

Cet article, dont je publie un extrait a été publié sur plusieurs sites d'information dont celui du Foreign Policy Group, groupe de presse américain détenu par le groupe du Washington Post.

Cet article a l'intérêt de montrer comment fonctionne un lobby dans le système américain (dans le système européen c'est exactement pareil, mais c'est un peu moins officiel).

Il a aussi l'intérêt de montrer par quel biais, un état comme Israël intervient dans la politique étrangère américaine sur le cas de l'aide américaine à l'Egypte.

Deux précisions pour favoriser la lecture de l'extrait :

- L'AIPAC,  American Israel Public Affairs Committee, est l'un des groupes de pression (Lobby) qui défend les intérêts de l'état d'Israël aux Etats-Unis.

- Légalement, l'aide accordée à un pays par les Etats-Unis ne peut pas continuer à être versée en cas de coup d'état, c'est à dire quand un gouvernement arrive au pouvoir par la force et non par des voies légales.

 

Les passages entre crochets sont de Stephane6

 

 EXTRAIT DE l'ARTICLE:

 

 

Les dirigeants égyptiens ont un nouvel ami au congrès des Etats-Unis :

Le lobby pro-israël

 

 

On sait qu'en Juillet dernier [à la suite du Coup d'Etat en Egypte], l'AIPAC a contribué à empêcher l'adoption d'un amendement qui aurait arrêté l'aide américaine [en grande partie des achats d'armes américaines et aussi des fonds dont l'affectation est probablement suffisamment opaque pour favoriser l'enrichissement des généraux égyptiens qui sont connus pour être très corrompus]. Selon les collaborateurs du congrès, l'AIPAC  opère maintenant dans les coulisses, lors de réunions avec les députés, pour maintenir les financements à l'Egypte.


"Ils ont fait connaître leurs vues sur cette question et continuent à le faire ", dit l' assistant du Congrès. "Mais sur une question comme l'aide à un pays arabe, mon expérience de l'AIPAC me dit qu'ils parleront peu publiquement. Il est certain qu'ils cherchent à s'assurer que l'aide continuera à être versée, mais je ne m'attends pas à un appel massif ni à une campagne de lettres. "

Une autre aide a été approuvée. "Sur les questions sensibles de ce genre, l'AIPAC agit très furtivement, en sélectionnant très soigneusement des gens influents". «Ce n'est pas dans l'intérêt de généraux d'Egypte ou dans l'intérêt d'Israël qu'on s'aperçoive que l' AIPAC soutien ouvertement les généraux égyptiens."

Publiquement, peu de gouvernements ou d'entreprises de lobbying veulent être considérés comme soutenant  une répression qui a fait plus de 800 morts et des milliers de blessés à travers l'Égypte. En Israël, où le gouvernement de Netanyahu a été soigneusement  silencieux sur la question, les officiels  savent comment une approbation du plan d'aide pourrait se retourner contre Israël en le rendant impopulaire au Moyen-Orient. Mais en privé, les officiels israéliens ne versent pas de larmes sur la répression militaire contre le mouvement islamiste des Frères musulmans.

Notre source à l'AIPAC a insisté sur la garantie de son anonymat, et nous a répété avec insistance  que l'aide à l'Egypte n'était pas une question prioritaire pour le groupe de lobbying. Mais cette source a fait remarquer aussi que le soutien de l'AIPAC au financement de l'Egypte n'était pas subordonnée à la façon dont les généraux traite les manifestants anti-gouvernementaux. "Le principal critère sur lequel nous évaluons cette question est de savoir si l'Egypte maintient son adhésion au traité de paix", a dit la source, se référant à l'accord de paix 1979 qui a normalisé les relations entre l'Egypte et Israël. «Nous sommes conscients que la situation est très fluide et que les décideurs prendrons en considération toute une série d'éléments sur ce thème."

Bien que l'AIPAC ait agi avec beaucoup de discrétion au cours des dernières semaines, certains collaborateurs du Congrès se sont montrés surpris que le groupe de pression soit venu publiquement en Juillet empêcher l'adoption de l'amendement présenté par le sénateur Rand Paul. L'amendement proposait de suspendre l'aide à l'Egypte jusqu'à ce que soient organisées en Egypte des élections libres et équitables. Dans une lettre envoyée au sénateur Robert Menendez, président du Comité des affaires étrangères du Sénat, et au sénateur et haut responsable Bob Corker,  l'AIPAC s'est opposé à l'amendement en disant qu'il «pourrait accroître l'instabilité en Egypte, saper les importants intérêts des États-Unis, et aurait un impact négatif sur notre allié israélien. " La lettre a été lue à haute voix dans la Salle du Sénat par le sénateur Lindsey Graham et  l'amendement a été rejeté à plate couture par un vote 86 voix contre -13 voix pour".

 

Mediapart-blogs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article