Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Par Saoudi Abdelaziz, 27 octobre 2011

En mai dernier, le FMI international, dans un rapport qui avait été largement répercuté par les médias algériens, mettait en garde contre les dangers inflationnistes que créeraient des augmentations de salaires dans les pays arabes, alors qu’émergeaient un ample mouvement revendicatif sur ce thème, en Egypte pour l’augmentation du salaire minimum où en Algérie pour des augmentions dans services publics.

Depuis quelque temps, pour le FMI la recommandation de réduction de la demande sociale et donc d’austérité est plutôt concentrée sur les pays occidentaux, dont il faudrait, selon lui, assainir la dette publique notamment en ponctionnant sur les revenus des ménages.

Les pays émergents disposant d’excédents financiers, comme la Chine, sont au contraire invités à accroitre la consommation intérieure.

Notre pays a aussi attiré l’attention de l’Institution que dirigeait DSK : «Il n'y a pas de pression inflationniste suite aux augmentations des salaires du secteur public» affirme Joël Toujas-Bernaté qui à la tête d'une délégation du FMI a séjourné du 13 au 25 octobre en Algérie. (Le Quotidien d’Oran, 26 octobre).

Interrogé sur la suppression du crédit à la consommation en Algérie depuis l'année 2009, le représentant du FMI dira qu'il y a actuellement un travail qui se fait au niveau de la Banque d'Algérie pour disposer d'une centrale des risques pour les ménages. «Après cela nous ne voyons pas de raisons d'interdire ces crédits à la consommation».

De ce point de vue les Algériens contribuent à entretenir les finances d’un système en manque de liquidités. Selon les chiffres fournis par les Douanes, nous avons payé une facture de 3,5 milliards de dollars pour l’importation de voitures, au cours des neuf derniers mois de l’année 2011, soit 15% de plus qu’en 2010. La tendance devrait se maintenir jusqu’à la fin de l’année, au vu des carnets de commandes des concessionnaires et du FMI réjouis.


 

Commenter cet article