Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

A la Conférence nationale des élus du FFS de Zeralda, s’adressant aux participants, « représentants de la population donc les plus proches de ses aspirations et des problèmes qu’elle rencontre au quotidien », Ali Laskri évoque le dilemme recurrent posé aux élus locaux en Algérie : «  Comment agir lorsque les capacités de l’Etat à résoudre les problèmes s’amenuisent alors que dans le même temps, la population se distancie de l’action collective et de l’intérêt général ? »

 

Dans le sud du pays où « les problèmes s’accumulent et se compliquent », le premier secrétaire du FFS estime que « les modes de gestion tels qu’ils ont été mis en place ont atteint leurs limites ». Il pointe les potentialités : « Nous assistons peut-être à l’émergence de nouvelles élites politiques et sociales susceptibles d’être porteuses de nouvelles évolutions (…) Pour peu qu’on aille au-delà des perceptions subjectives et qu’on ne tombe pas dans les pièges de la singularité ».

 

Le groupe parlementaire du FFS a été dépêché pour une mission d’information dans le sud du pays à Laghouat, Bou Saada, Ghardaia, Ouargla et El Oued. Ali Laskri explique la signification de cette démarche : « La priorité pour nous c’était d’abord de reprendre langue, d’établir un contact direct avec les gens qui bougent. De marquer notre solidarité avec des compatriotes qui ont longtemps souffert dans le silence, l’anonymat et l’isolement, et qui parfois, sont tentés par la radicalisation. Nous voulions les convaincre que l’issue est dans l’action collective, dans la mobilisation pacifique, dans l’engagement citoyen, dans l’ouverture au reste du pays et non dans le repli et la fermeture ».

 

Le FFS veut donner «  un signal politique fort en direction de l’opinion locale et nationale ». Rappelant le mise à l’écart de l’Assemblée national des grandes décisions, Il affirme la mission des députés FFS : « Nous avons voulu réhabiliter la place et le rôle des représentants du peuple et réhabiliter l’Institution (…) Les parlementaires du FFS, sont déterminés à assumer le caractère national de notre mandat ».

 

 

 

9 mars 2013. Source : ffs-dz.net

 

 

 

 

 

A Ghardaia pour soutenir luttes locales









                                        DR-Les parlementaires ont rencontré les militants du parti. Le débat s’est instauré

                                        autour des problèmes et des aspirations de la population.

 

 

 

 

Une délégation de parlementaires du FFS, composée de Mostefa Bouchachi, Arezki Derguini, Nora Mahiout, Nourdine Berkaine, Thamila Moussaoui et Brahim Meziani a assisté, en signe de solidarité, au procès des deux militants Fekhar Abderrahmane et Bouhdiba Kacem accusés «d’incendie volontaire d’un véhicule du Croissant-rouge». L’affaire remonte à l’année 2004. Au passage, la défense a été assurée par des avocats du parti. Les deux militants ont été acquittés.







 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article