Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

Trois millions de musulmans débutent ce vendredi leur pèlerinage. Autant de touristes qui alimentent une industrie de 50 milliards de dollars.

 

C’est un événement lucratif qui débute ce vendredi. Le pèlerinage à La Mecque, étape obligatoire dans la vie de tout musulman, fait le bonheur des agences de voyages, commerçants et hôteliers saoudiens. Avec quelque 10 millions de fidèles qui se rendent chaque année en Arabie Saoudite, dont plus de 3 millions pour le seul pèlerinage (le « hadj »), le plus grand pays du Golfe est la première destination touristique du monde arabe.

Conscient de la manne financière que cela représente, le royaume saoudien investit depuis plusieurs années dans d'importants travaux d'infrastructures. Un métro, ouvert depuis 2010, permet de désengorger les routes empruntées quotidiennement par plus de 4.000 bus lors du « hadj ». La grande mosquée a, quant à elle, fait l'objet d'une extension permettant l'accueil officiel de 2 millions de fidèles. L'agrandissement du lieu de culte aura coûté la bagatelle de 10,6 milliards de dollars (7,7 milliards d'euros). Un investissement vite amorti au regard des 50 milliards de dollars que génère chaque année l'industrie du tourisme cultuel en Arabie Saoudite.

Et avec l'augmentation continue du nombre de musulmans qui effectuent leur pèlerinage chaque année, ce montant devrait doubler d'ici à 2020 pour atteindre 100 milliards de dollars, selon Zakaria Nana, président fondateur de l'association SOS Pèlerin. « Il s'agit du deuxième flux de devises pour l'Arabie Saoudite après le pétrole, explique-t-il. Et alors que les réserves de pétrole sont limitées, le tourisme cultuel est un business éternel. » Victime d'une arnaque, lors de son voyage à La Mecque en 2005, Zakaria Nana a créé alors une association pour venir en aide aux pèlerins victimes d'escroqueries. Cette année-là, sur 23.000 Français partis en Arabie Saoudite, 7.500 avaient été escroqués.

Locations à prix d'or

Dans les pays musulmans, le nombre de pèlerins est limité à 1 pour 1.000 habitants. Pour la plupart d'entre eux, les conditions sont souvent sommaires. Certains dorment dehors. D'autres trouvent à louer des chambres chez l'habitant, voire des appartements délaissés par des Mecquois qui profitent de l'affluence pour louer leur bien à prix d'or.

En France, ce sont des agences de voyages accréditées par les autorités saoudiennes qui organisent les pèlerinages. Pour deux à trois semaines de voyages, un musulman français débourse en moyenne 4.700 euros en 2011. Un tarif exorbitant qui a doublé en six ans.

Alors entre fausses agences peu scrupuleuses, qui disparaissent la veille du voyage en ayant empoché l'argent des clients et gardé leurs passeports, et vrais tour-opérateurs qui promettent des chambres doubles et fournissent des dortoirs à partager avec des inconnus, les victimes sont légion. Cette année, avant même le début du pèlerinage, 600 personnes avaient déjà contacté l'association SOS Pèlerin pour déclarer des escroqueries. Sans compter que, sur les 50 milliards de dollars que représente cette industrie, 15 % disparaîtraient dans des réseaux parallèles.

Agathe Machecourt, 4 novembre 2011. La Tribune.fr Actualités économiques

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article