Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

"L'économie ne tire sa croissance, ne crée de l'emploi, ne distribue les revenus que s'il y a une demande publique forte. Si on devait la réduire elle aura un impact immédiat sur la vie des entreprises et l'emploi" a déclaré le ministre des finances Kamal Djoudi.

Compte rendu de l’APS.

 

 

Loi des finances 2013 : un budget de « prudence » et non pas d’austérité

 

APS-Le ministre des Finances, M. Karim Djoudi a affirmé mercredi à Alger que la loi de finances 2013 prévoit un budget ''de prudence'' et non pas d'austérité, qui ne contient pas de restrictions sur la création de nouveaux postes budgétaires.

 

"Il n'y aura pas de programme de rigueur au sens économique du terme. Il y aura plutôt une gestion (des finances) beaucoup plus prudente", a déclaré M. Djoudi à la presse lors d'un symposium des banques centrales africaines qui se tient à Alger.

 

Le premier argentier du pays s'est abstenu de fournir plus de détail sur ce projet, approuvé déjà par le gouvernement.

 

Mais il a rassuré que le prochain budget de fonctionnement ne va pas opérer des coupes sur les transferts sociaux, ni même sur le soutien des prix des matières premières.

 

Mieux encore, le budget 2013 ''va maintenir la cadence de l'investissement public'', seul créateur actuellement de croissance et d'emplois, a-t-il dit.

 

"L'économie ne tire sa croissance, ne crée de l'emploi, ne distribue les revenus que s'il y a une demande publique forte. Si on devait la réduire elle aura un impact immédiat sur la vie des entreprises et l'emploi",a-t-il déclaré.

 

Il ajoute: "l''important pour nous est de trouver le point d'équilibre d'une politique prudente en matière budgétaire et la nécessité de conserver la croissance économique, de l'emploi et de l'activité économique", a-t-il ajouté.

 

L'action du gouvernement sera axée sur l'achèvement du programme d'investissement en cours, qui sera complété par des projets nécessaires au développement du pays, enchaîne le ministre.

 

Côté emploi, le ministre a implicitement démenti les restrictions annoncées par la presse sur la création de nouveaux postes dans le secteur public.

 

Il affirme que tous les nouveaux investissements publics réceptionnés vont bénéficier de postes budgétaires et de ressources de fonctionnement.

 

Le ministre table sur une baisse du budget de fonctionnement pour 2013 du fait qu'il n'inclura pas des dépenses ponctuelles comme celui de 2012, qui a explosé par le versement des rappels des augmentations salariales.

 

Le budget de 2012 a consacré 2.850 milliards de DA (environ 39 milliards de dollars) pour les augmentations de salaires pour certaines catégories de personnels.

 

La réduction de la dépense publique, notamment celle de fonctionnement a été au centre d'un vif débat en juin dernier lorsque la Banque d'Algérie avait révélé qu'un baril à moins de 110 dollars impacterait l'équilibre budgétaire de l'Algérie.

 

Les cours de brut évoluaient alors autour de 80 dollars, alimentant les craintes sur la capacité du pays à mener à terme ses projets d'investissement.

 

Mais le gouvernement avait rassuré que la gestion prudentielle des dépenses publiques qu'il prônait pour faire face à la baisse des prix du pétrole, excluait toute réduction de salaires, de transferts sociaux et de soutien des prix.

 

APS, 29 août 2012

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article