Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 Manœuvrant  entre le placide et bonhomme Mahmoud Abbas (avec son cercle de « négociateurs » et de gestionnaires des fonds alloués par la communauté internationale), des dirigeants du Hamas devenus fréquentables (mode islamiste oblige), d’obscurs partisans de l’action armée manipulables à souhait, on sait que Netanyahou avait de bonnes marges de manœuvres entre ces trois partenaires pour mettre les Palestiniens sur la défensive et tenter de gagner la bataille jugée stratégique du temps.

 Il y a travaillé dans relâche depuis la fin de la deuxième intifada du début des années 2000, en condamnant au cachot à vie les principaux animateurs de ce mouvement de masse. Comme  Marwan Barghouti, ancien responsable du mouvement Fatah pour la Cisjordanie occupée, pressenti par Arafat comme son successeur à la tête de l’Olp. Barghouti est condamné à cinq peines de prison à vie.

Ces dirigeants, maintenus en prison depuis de longues années, sont les animateurs de la deuxième intifada. Très liés à la base et très politisés, ils sont considérés par les sionistes comme les ennemis n°1. Libérés, ils sont en effet jugés capables de porter la mobilisation pacifique des palestiniens à un niveau supérieur.

Ainsi, à l’heure où Ban-Ki-moon se promenait à Gaza avec Mahmoud Abbas, et recevait des pantoufles au lieu de bouquets de fleurs, Marwan Barghouti reste condamné à l'isolement pour avoir parlé aux médias lors de sa comparution, fin janvier, devant un tribunal israélien. Qu’a-t-il dit au juste qui motive ce baillon : « J'appelle le grand peuple palestinien à l'unité, à la cohésion, à la création d'un gouvernement d'union nationale et à poursuivre la résistance populaire et pacifique pour mettre fin à l'occupation israélienne ». Devant les caméras, Marwan Barghouthi, a levé les bras et fait le “V” de la victoire, en saluant les animateurs des révolutions arabes.

 

Synthèse blog, 6 février 2012

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article