Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

La Conservation des forêts de Naâma a fait état lundi de la mort récemment dans des conditions non encore élucidées de 84 Tadornes Casarca, une espèce d’oiseaux aquatiques nidifiant dans la zone humide du lac de Haoud El-Deyra (classée sur la liste de Ramsar), dans la commune de Ain-Benkhelil (45 km au sud de la wilaya).

Les analyses en laboratoire effectuées sur un échantillon de ces volatiles morts, découverts par hasard jeudi dernier par un habitant de la localité précitée, et présentant des symptômes d’inertie, de saignement du bec et de perte du plumage, ont éliminé l’hypothèse de la grippe aviaire, a précisé le conservateur des forêts.

 

M. Abdelkader Allali a ajouté que "les eaux du lac de Haoud El-Deyra, dont un échantillon a été également analysé en laboratoire, n’étaient pas polluées", écartant ainsi la thèse qu’elles soient à l’origine du phénomène.

Le conservateur des forêts de la wilaya a ajouté, à ce propos, que "les analyses en cours à l’institut Pasteur d’Alger expliqueront la raison de la mort de ces oiseaux aquatiques".

Une cellule de surveillance a été installée localement pour mettre en place un dispositif préventif au niveau du lac de Haoud El-Deyra. Elle est composée d’agents de la Conservation des forêts et du secteur de l’environnement, de vétérinaires, et de représentants d’associations écologiques, ainsi que d’éléments de la Gendarmerie nationale pour aider dans les investigations.

Une zone de contrôle a été délimitée autour du lac et une dizaine d’agents de la Conservation des forêts a été désignée pour sensibiliser les éleveurs à ce problème en les invitant à ne pas toucher à ces oiseaux morts et à interdire la baignade aux enfants jusqu’à ce que la lumière soit faite sur la mort mystérieuse de ces Tadornes Casarcas.

 

APS. 5 septembre 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article