Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Le président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH), Mostefa Bouchachi affirme, à propos de la levée de l’état d’urgence : «Pour la LADDH, cette annonce était juste une formalité. Mais elle n’est pas suivie d’effet. Les manifestations et les marches sont toujours interdites à Alger et à l’intérieur du pays. Les sit-in pacifiques sont réprimés». «Même l’agrément de nouveaux partis, dont l’opération a commencé, n’est pas fait dans le but d’une libéralisation de la vie politique. C’est, en réalité, une stratégie visant à tromper l’opinion internationale. Il n’y a aucune volonté de changement».

 Boudjemaâ Ghechir, président de la Ligue algérienne des droits de l’homme (LADH), abonde dans ce sens : «Les pratiques sont toujours les mêmes. Je crois que tout le monde est tombé dans le piège, car la levée de l’état d’urgence n’est pas suivie d’effet sur le terrain «L’exercice du droit syndical est toujours bafoué, la justice ne cherche toujours pas la vérité et les deux ligues indépendantes des droits de l’homme sont boudées par le pouvoir».

Source : El Watan, 22 février 2012

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article