Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Au fond de la crise avec Aliki Papadomichelaki

Par Ahmed Selmane

 

Le peuple grec est soumis à un traitement qui le ramène déjà aux années 60 du siècle dernier. Pour essayer de comprendre, au-delà du regard biaisé des médias conventionnels, nous avons sollicité Mme Aliki Papadomichelaki qui a été responsable du département politique extérieure de Synaspismós, la Coalition de la Gauche, des Mouvements et de l’Écologie, parti politique le plus important de la gauche radicale-démocratique (SYRIZA).

 

Aliki Papadomichelaki, qui est l’épouse du militant algérien Sadek Hadjeres, a vécu et travaillé en Algérie comme ingénieur d’études. Elle est membre de l’institut « Nicos Poulantzas » et du Conseil des amis d’Emian (Fondation pour l’Histoire de la Jeunesse de Gauche). Cette femme militante a une trajectoire qui épouse l’histoire du pays. Enfant, elle était avec sa mère dans le camp de concentration de Makronissos.

 

Elle a été responsable des relations internationales de l’Union Nationale des Etudiants Grecs (1964-67). Membre de l’Union Antidictatoriale du Mouvement Etudiant Grec, elle avait été déchue de sa nationalité par la dictature en raison de ses activités politiques.

 

L’éclairage qu’elle apporte sur la crise grecque, ses origines et son contexte européen est d’autant plus utile qu’il tranche avec les explications conventionnelles qui sont données par les médias occidentaux. Dont la plus scandaleuse consiste à présenter les Grecs comme des fainéants.

 

Militante, et économiste, spécialisée en géopolitique rétablit les choses. Et confirme la gravité de la situation subie par la population grecque, transformée en « cobaye néolibéral de l’Europe ».

 

3 Avril 2012. Texte intégral : La Nation.info

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article