Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

La pénurie est une invention des journalistes affirme M. Ould Abbas. Les cadres de son ministère, présents  à sa conférence de presse d’hier, attestent l’existence de stocks suffisants, enregistrés sur leurs livres de compte. N’en déplaise aux malades des reins, aux femmes sans pilules et aux cancéreux affolés,  “tous les produits nécessaires sont disponibles au niveau de tous les hôpitaux et des officines ».

 

Ce que les malades vivent, c’est une sorte de pénurie virtuelle, car la réalité des enregistrés est là. M. Ould Abbas est catégorique :  il n’y a pas eu de pénurie de médicament mais « une fausse pénurie fomentée par des intrus qui ont pollué le marché ».

 

Bon prince, Ould Abbas se démarque quand même de l’autosatisfaction exagérée de ses cadres. Il reconnaît : Il y avait de « l’opacité » dans la politique du médicament qui a toujours été “otage  des lobbies exogènes à la santé, à la médecine et à la pharmacie”. Il fait une révélation époustouflante pour étayer l’existence des lobbys en citant cette dame qui importait de la matière première, qu’elle revendait à Saidal. Une petite chèvre émissaire en perspective. En passant, il rabat le caquet aux professionnels : des diplômes sont vendus à de faux pharmaciens.

 

Le représentant du syndicat national des pharmaciens d’officine ne s’en laisse pas compter :

«Le ministère n'est pas chargé de faire un constat et dire que ce sont les lobbys qui tiennent le monopole du marché du médicament et sont responsables des pénuries de certains traitements, mais il doit agir et imposer sa loi».

 

Le ministre est cool avec les pharmaciens. Il rassure : “On a changé notre tactique et notre plan de travail ; désormais, nous privilégions le dialogue ouvert avec tous nos partenaires”.

 

Le Syndicat autonome des pharmaciens propose une autorité nationale du médicament,  ayant pour rôle notamment de surveiller tous les opérateurs? Qu’à cela ne tienne, Ould Abbas fait une proposition audacieuse : la mise en place d’une commission de pharmaciens chargée d’aller en douanes vérifier la qualité de ce que contiennent les conteneurs ! Munis de leurs éprouvettes sans doute !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article