Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Le risque pays s'accroît dans les économies avancées et diminue dans les grands émergents

 

Dans son évaluation 2012 du risque d'incidents de paiement des entreprises, la Coface note moins bien l'Europe du Sud que l'Inde, le Brésil ou la Chine. Yves Zlotowski, économiste en chef de la Coface, s'est exprimé sur le sujet.

 

Que dit votre évaluation 2012 des risques pays ?

Nous annonçons la dégradation des économies de l'Espagne et de l'Italie, où les impayés des entreprises ont progressé de 50 % en 2011. Ces deux pays obtiennent la note A4, soit la même que la Turquie. Ils font moins bien que la Chine, l'Inde et le Brésil, notés A3. [L'Allemagne et la France restent notées A2, Ndlr.] Il y a un renversement de hiérarchie marquant entre pays avancés et grands émergents. L'Espagne et l'Italie seront en récession en 2012 (- 0,2 % et - 0,8 % de croissance annuelle, respectivement). Cette vulnérabilité à la conjoncture est accrue par des problèmes structurels, comme la faiblesse des investissements en R&D. (…)

 

Les émergents sauveront-ils la croissance mondiale ?

La croissance chinoise reste à 8%, même si elle décélère. Et plus l'économie mondiale se dégradera, plus la politique économique chinoise sera offensive. En revanche, les pays émergents d'Europe centrale seront touchés par la récession de la zone euro, avec laquelle ils réalisent 70% à 80% de leurs échanges. Les créances européennes sur les banques de l'Est représentent par ailleurs 70 % du PIB européen, c'est énorme. Or, exposées au risque souverain, les banques européennes réduiront la voilure en Europe de l'Est : ce sera très coûteux pour ces économies.

 

La crise de la zone euro pousse-t-elle au développement du commerce Sud-Sud ?

Oui, c'est une tendance lourde. La Chine est déjà le premier client de l'Argentine et du Brésil. Il y a une dépendance trop forte des émergents vis-à-vis de la zone euro en termes de commerce, de capitaux, de crédit. Si la récession s'amplifie en zone euro, ils vont la remettre en cause. Toutefois, la Chine modifie les structures productives de ses partenaires émergents car elle achète surtout des matières premières. Le Brésil débat actuellement de sa désindustrialisation et c'est la Chine qui est pointée du doigt.

Propos recueillis par Sara Sampaio, 17 janvier 2012. Texte intégral : La Tribune.fr

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article