Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Le PLD diffuse un projet de « charte pour une république laïque ». Le crédo est le suivant : « Les militants du Parti pour la Laïcité et la Démocratie (PLD) sont convaincus que l’instauration de la laïcité en Algérie est le seul moyen de se protéger des conséquences des manipulations politico-religieuses, d’où qu’elles viennent pour construire une Algérie républicaine, démocratique, moderne et sociale ».

 

En conclusion d’une longue analyse historique, nationale et internationale, le texte s’achève sur la conclusion suivante : « L’instauration de la laïcité dans notre pays est une œuvre de longue haleine, les laïques algériens ne doivent pas moins s’atteler, dès aujourd’hui, à en poser les jalons. C’est en tout cas l’une des raisons d’être essentielle de la création du Parti pour la Laïcité et la Démocratie ».

 

« Une œuvre de longue haleine », qu’il faut « dès aujourd’hui » faire avance. Comment ? Quels sont ces « jalons » ? Ce qui manque dans ce texte, ce sont les propositions et les objectifs intermédiares, et donc la ligne politique pour conduire ce combat.

 

Quel contenu concret réalisable donner sur les sujets sensibles auxquels sont actuellement confrontés les Algériens, sur l’Etat de droit, l’école, le statut de la femme, l’écologie et l’organisation de l’espace public. Quelle est la plateforme de modernisation sociale sur laquelle on peut d’ores et déjà déjà unir les gens ? C’est ça le rôle d’un parti. Le projet évacue ces questions essentielles qui relève du combat politique et fonde le principe même de l’existence d’un parti.

 

« La ligne »  qui oriente le texte n’est pas celle d’un parti qui veut rassembler des Algériens et les extraire, par des intérêts communs, du carcan de l’utilisation politicienne de la religion. On nous met devant le dilemme suivant : le Calife ou Attaturk. La référence à la pensée marxiste est ici superficielle et tendancieuse. Des Algériens  veulent faire reculer les idées archaïques. Partout dans le monde, il existe des associations d’hommes et femmes, des individus  qui s’y consacrent, souvent avec passion, dans l’espace public. C’est légitime, mais de là à en faire un parti politique, ou à utiliser un pouvoir politique pour éradiquer les idées archaïques... Développant une sorte de salafisme laïque, ce texte préconise une ligne d’exclusion, anti-thèse absolue du concept de parti politique

 

 

Saoudi Abdelaziz, 15 janvier 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article