Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Photo El Watan

 

 

 

Une centaine de représentants des postiers de différentes wilayas du pays se sont rassemblées, ce dimanche 6 janvier, et réclament selon El Watan, principalement le départ du directeur général d’Algérie Poste qui « il n’a pas répondu à leurs revendications ». Interrogés ces postiers exigent notamment, l’application du statut adopté en 2008, l’amélioration des conditions du travail et réclament aussi des indemnités.

Ils affirment : "notre mouvement est spontané car initié par les travailleurs". "Et nous n’avons donc aucune représentation syndicale. Celle qui existe nous ne la reconnaissons pas».

 

La revendication du départ du PDG et la condamnation des instances syndicales nationales de l’Ugta (Syndicat d’entreprise, fédération, centrale) semblent diversement appréciées par les instances de l’UGTA dans les différentes régions du pays.

 

« Le départ du directeur général d'Algérie Poste ne figure pas parmi nos revendications, car c'est une prérogative qui appartient au président de la République et au ministre», ont affirmé les responsables des sections syndicales d'Algérie Poste de la wilaya de Constantine, dans la déclaration qui a suivi  leur réunion d’hier 5 janvier. Selon le Quotidien d’Oran,
les sections syndicales de la wilaya  soutiennent les secrétaires généraux de l'UGTA, de la fédération et du syndicat national d’Algérie poste.

 

Adoptant une attitude plus ouverte, dès le 3 janvier, le conseil de wilaya des postiers de Béjaïa  de l'Ugta, declare soutenir le mouvement de grève. De nouveau, dans une déclaration rendue publique hier, ce conseil réaffirme la plate- forme de revendications : révision de la convention collective, augmentation des salaires, plan de gestion des carrières, avancement dans le grade, amélioration des conditions de travail par le renforcement des effectifs et la mise en place d'infrastructures conformes.

 

Dans la wilaya de Béjaïa, contrairement à celle de Constantine, les instances de l’UGTA semblent être plus proches du mouvement social qui s’exprime dans le secteur public. La crise persiste à l'Erenav-Béjaïa, Les instances de l’Ugta, outre la marche de soutien qu'elles ont initiée à Bejaïa, ont rendu publique une déclaration estimant qu'«au moment où le monde du travail s'attend à une sortie de crise, c'est l'incertitude et d'autres menaces qui viennent ternir son paysage» mettant en exergue les nombreux «dysfonctionnements» qui frappent de plein fouet le secteur économique.

 

 

Le 3 janvier nous posions la question: Que faire lorsque les revendications sont pressantes, que la direction est sourde, que le syndicat, inféodé à l’employeur, est muet? Cette équation insoluble, les travailleurs de la poste la vivent aujourd’hui comme les salariés de trop nombreuses entreprises publiques avant eux ». (Postes-La grève est légitime en cas de refus du dialogue social)

 

 

Synthèse blog, 6 janvier 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article