Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Des membres du Conseil national syrien ont empêché, hier au Caire, une délégation d’opposants syriens, dont l’écrivain Michel Kilo et le militant Haitham Manaa, d’accéder au siège de la Ligue arabe, où ils devaient être reçus avant une réunion samedi sur la Syrie.

Un seul a pu entrer. Il s’agit de Hassan Abdel Azim, chef du Comité national de coordination pour le changement démocratique, une coalition d’opposition regroupant des nationalistes arabes et kurdes, des marxistes et des indépendantistes comme Michel Kilo.

 

Le Conseil national syrien (CNS) avait été constitué à Istanbul à la fin août dernier, il s’efforce, depuis, de coiffer l’opposition syrienne. Pourtant, le CNS peine encore à rallier l'ensemble de l'opposition, ce qui explique sans doute l’attitude agressive observée au Caire.

 

Les opposants de l'intérieur, réunis à la mi-septembre près de Damas, n'ont pas l'intention de le rejoindre, avait affirmé à l’époque l'écrivain syrien Michel Kilo en invoquant un désaccord fondamental : "Les opposants réunis au sein du Conseil national sont favorables à une intervention étrangère pour résoudre la crise en Syrie alors que les opposants de l'intérieur sont contre".

 

Agé de 71 ans, Michel Kilo est une figure historique de l'opposition au régime du Baas, au pouvoir en Syrie depuis 1963. Il a été emprisonné de 1980 à 1983 puis de 2006 à 2009. Il appartient à une autre coalition d'opposants : le Comité national pour le changement démocratique (CNCD), qui regroupe des partis "nationalistes arabes", kurdes, socialistes et marxistes, ainsi que des personnalités indépendantes.

"Si l'idée d'une intervention étrangères est acceptée, nous irons vers une Syrie pro-américaine et non pas vers un Etat libre et souverain", a-t-il souligné. "Une demande d'intervention étrangère aggraverait le problème, car la Syrie entrerait dans la violence armée et le confessionnalisme alors que nous, à l'intérieur, y sommes opposés", a-t-il dit.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article