Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

L'organisation internationale, qui a présenté hier un deuxième rapport sur les inégalités, constate leur accroissement dans la plupart des pays industriels.

L'OCDE souligne l'augmentation des inégalités de revenus dans la plupart des pays industriels, augmentation liée d'abord aux écarts de salaires. Bien sûr, la hausse n'est pas toujours comparable à celle enregistrée aux États-Unis (+ 25 % depuis 1980), qui échappent de peu au podium des inégalités, se situant juste après le Chili, le Mexique et la Turquie (s'agissant de l'OCDE).

La fraction la plus riche des foyers américains (1 % des ménages les plus aisés) percevait 8 % du revenu global en 1980 ; elle s'en arroge aujourd'hui près de 18 %. Et si, en 1980, le revenu des 10 % les plus riches représentait aux États-Unis 10 fois celui des 10 % les plus pauvres, le multiplicateur correspond aujourd'hui à 15 fois.

 Rien de tel en Suède ou en Finlande. Les niveaux atteints ne sont pas si élevés. Mais la tendance récente n'en est pas moins à un écart de revenus grandissant, dans ces pays à tradition égalitaire.

En France, les statistiques montrent un phénomène atténué : la particularité hexagonale, c'est la forte augmentation des salaires et des revenus d'une très petite minorité, correspondant non pas à 1 % de la population mais plutôt à 0,1 % (soit un peu plus de 30.000 foyers fiscaux), voire 0,01%...

L'OCDE explique ce creusement mondial des inégalités notamment par les politiques de déréglementation du marché du travail... qu'elle a elle-même préconisées. Ces politiques ont pesé sur les hausses de salaires en bas de l'échelle, tandis qu'en haut, des salariés hautement qualifiés faisaient jouer la concurrence, dans la finance notamment.

Source Ivan Best, la Tribune .fr, 6 décembre 2011  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article