Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Aujourd’hui, c’est Mme Louisa Aït Hamadouche,  politologue, qui recommande dans El Watan , « une révision de la doctrine stratégique de l’Algérie ». Il ne fait plus, selon elle, exclure d’envoyer l’ANP guerroyer hors du territoire national.  La doctrine exclusivement défensive devrait être abandonnée. Après des considérations expertes elle affirme à propos du Mali : « A mon avis, oui, il faudrait y aller, mais ça n’a pas été préparé comme il aurait fallu », dans l’opinion, qui est encore influencée par  « le sacro-saint principe selon lequel l’Algérie ne peut pas, ne doit pas ou ne veut pas projeter ses forces à l’extérieur de son territoire ».

 

Avant-hier, un ancien officier supérieur du DRS reconverti dans l’expertise géostratégique affirmait dans tsa-algerie.com : « Je ne suis pas stupide, toutefois, au point d’imaginer que l’Algérie puisse continuer de se parer du seul manteau protecteur russe. Je ne suis pas niais au point de considérer que les slogans éculés du non-alignement sont toujours de mise. Désormais, Il n’existe plus d’alternative au dialogue stratégique avec l’Occident. ». Ce raccourci péremptoire de M.C. Mesbah ignore curieusement les nouvelles réalités internationales, qui ont émergé après la chute du Mur de Berlin. Des pôles de puissance concurrents s’affirment, les Occidentaux perdent leur poids spécifique. Une plus grande marge de manœuvre s’ouvre pour que l’Algérie redynamise un non-alignement fructueux.

 

 

Saoudi Abdelaziz, 18 janvier 2013

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article