Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Mehdi Ben Barka était un membre du KGB. Albert Camus a été assassiné par le KGB. Régulièrement des «révélations» sont ainsi diffusées dans le vaste bazar du spectacle. Annoncées toujours par des experts, ces nouvelles, bien que très saugrenues, seront forcément commentées, expertisées par d’autres membres de la communauté des experts, et le tout sera répercuté par les médias. Nos journaux ont bien entendu utilisé la matière du récent scoop sur Camus. On a pu ainsi lire cette conclusion : « Le mystère, si mystère il y a, risque donc de planer encore longtemps ».

 

« Le domaine de l’histoire c’était le mémorable, écrivait Guy Debord, la totalité des événements dont les conséquences se manifesteraient longtemps. C’était inséparablement la connaissance qui devrait durer, et aiderait à comprendre, au moins partiellement, ce qu’il adviendrait de nouveau ; « une acquisition pour toujours » dit Thucydide. Par là l’histoire est la mesure d’une nouveauté véritable ; et qui vend la nouveauté a tout intérêt à faire disparaître le moyen de la mesurer. Quand l’important se fait reconnaître comme ce qui est instantané, et va encore l’être l’instant d’après, autre et même, et qui remplacera toujours une autre importance instantanée, on peut aussi bien dire que le moyen employé garantit une sorte d’éternité de cette non-importance qui parle si haut.

 

Le précieux avantage que le spectacle a retiré de cette mise hors la loi de l’histoire, d’avoir déjà condamné l’histoire récente à passer à la clandestinité, et d’avoir réussi à faire oublier très généralement l’esprit historique dans la société, c’est d’abord de couvrir sa propre histoire : le mouvement même de sa récente conquête du monde. Son pouvoir apparaît déjà familier, comme s’il avait depuis toujours été là. Tous les usurpateurs ont voulu faire oublier qu’ils viennent d’arriver. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article