Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Les statistiques publiées aujourd'hui par Eurostat sont implacables. L'emploi européen reste déprimé. A la fin du mois de janvier dernier, l'Union européenne comptait 24,325 millions de personnes sans emploi, soit un taux de chômage, corrigé des variations saisonnières (CVS), de 10,1 %. Un record historique. Pour la zone euro, les chiffres ne sont guère plus encourageants : 16,925 millions de chômeurs pour un taux de 10,7 %. Par catégories sociales, les chiffres sont accablants pour les jeunes. Le taux de chômage des moins de 25 ans se situait à 22,4 % fin janvier contre 22,2 % fin décembre dans l'Union européenne. Au total, 5,5 millions de jeunes Européens, dont 3,3 millions dans la zone euro, étaient sans emploi.

 

S'expatrier outre-Rhin

 

Sans surprise également, c'est en Espagne, en Grèce, au Portugal ou en Italie que la situation est la plus dramatique. Par pays, la tendance générale reste la même. L'Allemagne (5,2 %), les Pays-Bas (5 %) et l'Autriche (4 %) sont les nations qui affichent les taux de chômage CVS les plus bas. Des chiffres qui expliquent pourquoi les jeunes Espagnols apprennent la langue de Goethe pour s'expatrier outre-Rhin, là où les patrons d'entreprise sont à la recherche de talents... Le marché du travail allemand ne comptait-il pas au quatrième trimestre de l'an passé 1,13 million de postes vacants, selon l'institut de recherche sur l'emploi (IAB), qui pointait que le marché du travail germanique a soif aujourd'hui d'ingénieurs, de programmateurs informatiques et de techniciens spécialisés... Reste que le marché allemand ne peut absorber à lui seul la totalité des chômeurs européens !

 

Faible croissance

 

Au-delà de cet aspect, la tendance du marché de l'emploi européen devrait rester négative. Les perspectives de croissance sont faibles et la majeure partie des pays européens s'enfoncent dans la récession. Les dernières prévisions de la Commission européenne, la semaine dernière, font état d'un recul du PIB de la zone euro de 0,3 % pour 2012 (…).

 

Richard Hiault, 2 mars 2012. Les Echos.fr

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article