Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Un rapport de la Banque mondiale, réalisé par le sociologue et chercheur Mohamed Saïb Musette avec la collaboration de Mohammed Meziani, met en garde contre la précarité de l’emploi qui tend à se généraliser en Algérie.

 

Le rapport en question relève notamment le fait que le niveau de l’emploi a progressé : ils étaient 6,7 millions de travailleurs en 2003, ils sont estimés à 9,7 millions en 2010, soit un gain de 3 millions d’emplois nouveaux. La création d’emplois est surtout à l’avantage du secteur privé.

 

Des emplois, certes, mais à condition de pouvoir les conserver. C’est là que réside la fragilité de la politique algérienne de l’emploi. «La notion de flexibilité a été introduite dans la loi 90-11 sur les relations du travail», peut-on lire sur le document. Cette brèche ouverte à la flexibilité de l’emploi (le CDD par exemple), qui devait être une exception, est devenue la règle pour le secteur privé. Elle est aussi appliquée, de manière exceptionnelle, par le secteur public et même la Fonction publique, avec le recrutement de «vacataires» et de «contractuels» qui ne sont pas des «fonctionnaires».Les travailleurs se retrouvent ainsi coincés dans des situations précaires qui durent.

 

Les chiffres repris dans le rapport de la Banque mondiale montrent que la part de l’emploi «permanent» est passée de 65% en 2003 à 49,7% en 2010. Celle du non permanent, estimée à 35%, a grimpé à 50,3%. «L’événement tant appréhendé s’est finalement réalisé en 2010 : l’emploi non permanent domine le salariat», tranchent les rédacteurs du rapport. Ils expliquent cet état de fait par l’ouverture des services – notamment du secteur de l’éducation et la formation – au secteur privé reste à achever. Puis le CDD est devenu la règle d’or pour le secteur privé. Ce processus de libéralisation de l’économie algérienne est encore au stade primaire de capitalisme. L’une des solutions résiderait dans une stratégie qui flexibilise l’emploi sans pour autant mettre en danger la sécurité, ce qui conduirait à la précarité.

 

Essor du secteur privé peu soucieux de postes stables

 

 

L’accès à l’emploi «permanent» reste, d’après les termes des experts, «un défi, sinon un privilège pour une minorité». La percée du secteur privé, qu’on sait peu soucieux de l’octroi de postes stables, accroîtrait cette tendance.

A en croire le rapport de la Banque mondiale, le secteur privé en Algérie a connu un essor fulgurant ces dernières années ; il domine actuellement le secteur public dans l’ensemble des branches d’activité, à l’exception des services. L’emploi salarié a connu un gain de près de 2 millions de postes entre 2003 et 2009 avec une contribution de 70% du secteur privé et de 30% du secteur public.

 

L’agriculture est passée, depuis les réformes, du public au privé, avec une part de 97% des emplois en 2009. Les entreprises dites «stratégiques», comme celles activant dans les hydrocarbures ou l’énergie, s’ouvrent partiellement au privé. La part des emplois du secteur privé est estimée à 99% dans le commerce, 95% dans le BTP et 69% dans l’industrie.
Les entreprises privées sont pour la plupart de petite taille, avec une moyenne globale de 4 emplois/unité et elles utilisent encore une main-d’œuvre d’aide familiale, ce qui induit une faible syndicalisation des travailleurs.

 

Et comme la plupart des salariés du secteur privé exercent dans l’informel, ils ne peuvent bénéficier du droit à une représentation syndicale. Selon un ancien directeur général de la CNAC, cité dans l’étude, «des entreprises qui multiplient les formes atypiques de contrats de travail (il est observé un taux baissier de recours aux CDI et un recours de plus en plus important aux CDD, même si pour cela le libellé de l’article 12 de la loi n°90-11 sur les relations de travail soit violé), un recours de plus en plus poussé du recrutement informel, un abandon des outils censés jouer le rôle d’amortisseur social en cas de perte d’emploi dont les moyens sont détournés pour faire face à des dépenses qui relèvent des obligations de l’Etat plutôt que des cotisations sociales».

 

 

L’opacité des statistiques sur l’emploi

 

 

Le rapport de la Banque mondiale sur le marché du travail en Algérie plaide pour l’amélioration de la qualité des données statistiques, arguant du fait que le maintien de l’opacité autour de la question de l’emploi et des salaires ne contribue en aucune façon à la paix sociale. «Pour une plus grande transparence dans la régulation du marché du travail, une diffusion régulière des informations sur l’emploi et les salaires contribuerait, à sa manière, à réduire les tensions sociales», est-il souligné, dans le rapport. 
 

Source : El watan. 20 novembre 2011.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article