Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Deux années après les levées de masse du "Printemps arabe", l'Empire révise les modalités d'exécution de son plan pour le Grand Orient. Il doit notamment y  intégrer l'échec de sa politique d'"utilisation" des islamistes. Face à cette révision et aux pressions qui en découlent, la question des alliances devient cruciale, pour les défenseurs des intérêts populaires, en Egypte comme en Tunisie. Dans ces deux pays, les choses se "compliquent" avec l'impasse socio-économique. Les forces populaires auront-elles la capacité de mettre en œuvre une ligne politique indépendante par rapport aux nouvelles tactiques impériales? Refuseront-elles de se fourvoyer?

 

 

 

 

"Les USA lâchent les Frères musulmans"

 

C'est le titre le journal Liberté. Kamal Bouatta expliquant la stratégie de l'admiistration Obama écrit  : "Les Frères musulmans n’auraient été considérés que comme des “remplaçants” transitoires à Moubarak et non comme une “alternative” et si l'armée égyptienne a choisi cette position offensive en démettant un président élu démocratiquement, elle n’a pu l'avoir fait qu'avec le “feu vert du Pentagone”.
Il cite la déclaration de John Kerry le secrétaire d'Etat américain qui affirmait jeudi à un télé pakistanaise : "L'armée n'a pas pris le pouvoir, d'après ce que nous pouvons en juger, jusqu'à présent. Pour conduire le pays, il y a un gouvernement civil. En fait, elle rétablissait la démocratie (...) Des millions et des millions de gens ont demandé à l'armée d'intervenir. Tous avaient peur d'une descente dans le chaos et la violence”. L'initiative égyptienne es en voie d'élargissement, selon Kamal Bouatta " Comme en Egypte, note le journaliste: "Au Pakistan, les États-Unis caressent certainement le rêve d’une vigoureuse reprise en mains par l’armée. Le pays est stratégique à plus d’un titre pour le Pentagone, la CIA et Washington, mais il est entre les mains d’un pouvoir plutôt proche des islamistes". Elargissant volontiers son analyse, il affirme : "Le vent contre les islamistes souffle dans ce pays que les Frères et leurs franchises maghrébines avaient érigés en modèle de démocratie islamique. En Tunisie, la place Bourguiba prend les allures de la place Tahrir du Caire et de son Tamarrod qui a fait chuter Morsi. Au Maroc, si ce n’est l’intervention énergique de Mohamed VI, le parti islamiste au pouvoir se serait soumis à des élections législatives incertaines pour lui. Personne ne peut encore préjuger des développements en cours dans la sphère arabe, et surtout pas en Égypte où le chaos n’est pas à éliminer. Il reste qu’après avoir encouragé les “Printemps arabes” via la diplomatie du chèque qatarie, les États-Unis semblent revenus des expériences islamistes".

 

 

 

 

"La question bête et méchante"

 

 

C'est le révolutionnaire tunisien Hamadi Aouina qui la pose à propos du risque de  "dissoudre le Front populaire en réclamant de ses militants de « ne brandir  que l’unique étendard », celui qui clamera notre « patriotisme » indéfectible".

 Il interroge : "Comment une alliance faite de bric et de broc pourra-t-elle faire mieux que la Troïka ? Qu’est-ce qui garantit que des ultra-libéraux bourguibistes et benalistes qui ont échoué après un demi-siècle de gouvernance dictatoriale ; en approfondissant les inégalités sociales comme jamais, en creusant la faille entre une région côtière limitée à quelques grandes villes et détenant 90% des richesses et le reste du pays qui se partage les 10% restant, en écrabouillant sous leur domination l’expression de divergences les plus élémentaires et en embastillant des centaines de milliers de personnes, enfin en mettant à l’abri, dans les paradis fiscaux par le vol et la rapine des sommes colossales (estimées à l’équivalent de la dette de notre pays) et qui manquent, cruellement, aujourd’hui au budget de celui-ci ; qu’est-ce qui garantit que ces mêmes ectoplasmes changeraient subitement de comportement, deviendraient « patriotes », ayant enfin un réel désir de participer au grand chantier de rénovation ?"

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article