Publié par Saoudi Abdelaziz

La série noire continue pour le gouvernement de David Cameron. Le Royaume-Uni est en effet officiellement en récession, comme plusieurs autres pays européens dont l'Espagne.

 

Le PIB du pays s'est contracté pour le deuxième trimestre d'affilée : de 0,2 % après un repli de 0,3 % lors des trois derniers mois de 2011. Il s'agit, outre-Manche, de la première récession en « double-dip » (double plongeon, c'est-à-dire un rebond très vite suivi d'une rechute) depuis les années 1970 et de la séquence de récession suivie d'un rebond faible la plus douloureuse en un siècle, soulignaient certains économistes.

 

Cette mauvaise nouvelle tombe à un très mauvais moment pour la coalition au pouvoir, empêtrée à nouveau dans le scandale Murdoch et d'autres faux pas. La plupart des économistes s'attendaient hier à une légère progression de l'économie qui aurait évité une récession. « Le dernier indice des directeurs d'achat suggère que le PIB a crû de 0,5 % au premier trimestre », explique Chris Williamson, économiste en chef chez Markit.

 

 Las, les chiffres officiels annoncent que le secteur des services n'a réussi qu'à gratter 0,1 % de croissance quand la production industrielle s'est contractée de 0,4 % et le secteur de la construction s'est écroulé de 3 %.

 

Chute préoccupante des biens durables aux Etats-Unis

 

Les commandes de biens durables ont subi en mars aux Etats-Unis leur baisse la plus prononcée depuis janvier 2009, indiquant que l'activité industrielle a perdu de son élan à la fin du premier trimestre. En raison d'un fort recul des commandes dans le secteur des transports (12 %), les commandes ont baissé de 4,2 %, a annoncé le département du Commerce hier.

 

Source : Les Echos, 26 avril 2012

Commenter cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog