Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

L’Algérie reste aujourd’hui ce qu’elle est depuis longtemps pour les individus : la nation des élans réprimés, des initiatives avortées, si l’on ne bénéficie pas de "la chance" de M. Rebrab, et du fil à la patte. Mais c’est aussi de pays des persévérants. Maghreb émergent nous présente Abdelkader Hamdouni.

 

 

 

Thermokad, le pionnier du chauffe-eau solaire en Algérie

 

Abdelkader Hamdouni en a gros sur le cœur. Thermokad, l’entreprise qu’il a crée, fabrique depuis plus de vingt ans des chauffe-eau à accumulation, un procédé qui permet des économies de consommation de gaz et d’électricité. Depuis 6 ans, il s’est lancé dans le solaire. Un pionnier en Algérie mais qui se dit exclu du programme gouvernemental de réduction de la consommation d’énergie.

 

 

« Si le gouvernement vient tout juste de décréter qu’il faut réduire notre consommation de gaz et d’électricité, nous nous y attelons depuis plus de vingt ans grâce à nos procédés économiques et écologiques », nous confie M. Hamdouni, 56 ans, patron de Thermokad. En 1992, avec quelques menues économies et une bonne dose de courage, cet ancien cadre comptable dans un établissement public se lance dans la fabrication de chauffe-eaux à accumulation, communément appelés « cumulus ». Pour couper court aux déboires liés au foncier, il installe son unité dans la ferme familiale située à Seddouk, sur les hauteurs verdoyantes de la vallée de la Soummam, près de Béjaia. Un projet fou, face à la concurrence féroce des grandes marques européennes qui dominent le marché algérien en coupes réglées.

 

90% de taux d’intégration

 

Deux décennies plus tard, le patron de Thermokad ne regrette rien de son aventure industrielle, un défi algérien qu’il raconte avec une certaine fierté. «Oui, il est possible de concurrencer les grandes marques étrangères avec un produit Algérien. La preuve, je le fais depuis plus de 20 ans et je suis encore là, ». Sa plus grande fierté ? Ses chauffe-eaux affichent un insolent taux d’intégration de plus 90%. Car seule la résistance électrique qui compose l’appareillage du chauffage d’appoint est importée d’Italie. Un OVNI dans le paysage industriel algérien où la majorité des PME dépendent lourdement de l’importation massive d’intrants. Sur les plans du design et de la fiabilité, les produits Thermokad « n’ont rien à envier » à ceux de l’importation. « Nos produits sont testés et homologués par l’Enact (Entreprise Nationale d’Agréage et de Contrôle Technique). Nous avons une garantie de deux ans avec la pièce de rechange  largement disponible sur le marché».  L’entreprise emploie aujourd’hui une cinquantaine de personnes à temps plein et dispose d’une capacité de production de 100 unités/jour avec la possibilité de la renforcer à 500 unités/jour en fonction de la demande du marché.

 

Pionnier du chauffe-eau solaire

 

En 2005, Thermokad se lance dans la fabrication de son produit phare : le chauffe-eau solaire. Les équipements restent les mêmes à la seule différence que la chaleur est fournie par un capteur solaire à fort rendement, doté de verre traité qui permet un chauffage rapide de l’eau en circuit fermé même en cas de faible ensoleillement. Après avoir été placé avec un grand succès dans les bases de vie des entreprises pétrolières nationales et étrangères activant dans le Sud algérien, le chauffe-eau solaire commence à séduire les particuliers dans des zones rurales ou reculées du pays non desservies par le réseau de gaz de ville. Seul bémol à cette ouverture vers le marché résidentiel : le prix unitaire qui atteint les 65 000 DA hors taxes, n’est pas accessible à un large public.

 

L’APRUE en appoint

 

Pour développer davantage ce créneau, le patron de Thermokad souhaite que son entreprise puisse bénéficier du programme Algérie Solaire (Alsol) lancé par l’APRUE destiné à réduire la consommation d’énergie des foyers algériens. Ce projet prévoit l’acquisition de plusieurs milliers de chauffe-eau solaires individuels et collectifs et d’en subventionner le prix d’acquisition à hauteur de 45%. Une aubaine pour cette entreprise qui ambitionne d’accroitre ses capacités et de créer plus d’emplois. Mais pour les appels d’offre, il doit encore faire face à la puissance de feu des lobbys de l’importation. «Même sans la clause de préférence nationale, nous sommes largement compétitifs face aux importateurs. Nous voulons juste que les choses se fassent dans la transparence ». En attendant une meilleure considération de la part des pouvoirs publics,  Thermokad suscite déjà l’intérêt du secteur industriel privé en quête de compétitivité et de réduction de coûts : deux géants de l’industrie agroalimentaire installés dans la région viennent de solliciter l’expertise de cette entreprise pour étudier la faisabilité de la fabrication de ballons d’eau chaude à grandes capacités et moins énergivores pour les besoins de leur process de production. De bonnes perspectives avec un segment de marché nouveau et porteur et de bonnes raisons d’espérer pour l’avenir de l’entreprise et de ses employés.

 

Abdelmalek Touati  19/4/2011.  Maghreb émergent  http://www.maghrebemergent.com/

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article