Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

K. Selim écrit ce matin en conclusion de son éditorial du Quotidien d’Oran : « Aujourd'hui, il faut bien s'en tenir à la «doctrine» de non-intervention sur des théâtres extérieurs. Mais si l'on pense aux intérêts de l'Algérie, il faudra bien engager le debat stratégique. Et il serait totalement absurde de croire qu'il peut être mene sans une réelle mise à plat de l'état du système algerien et de ses institutions ».

 

 

 

 

 

 

Le débat essentiel à venir

 

 

Par K. Selim

 

 

 

La guerre était à nos portes, elle a été portée chez nous. L'opération d'In Amenas a probablement était préparée depuis longtemps dans la perspective d'une intervention extérieure au Nord-Mali et elle a été exécutée assez rapidement après l'intervention française. Le bilan de l'opération d'In Amenas - encore non officiel en début d'après-midi - est suffisamment lourd pour les capitales étrangères qui commencent à émettre des critiques, voire des dénonciations comme c'est le cas de Tokyo.


 

La presse parisienne met en évidence le fait que Paris ménage son «allié» - avec des guillemets bien visibles - et loue ce qu'une chroniqueuse diplomatique appelle un «paradoxale effet d'aubaine» qui permet de dire que désormais la France n'est plus «seule» dans la guerre. Cela n'empêchera pas de nombreux Algériens - y compris au sein du pouvoir - de se demander pourquoi Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, a éprouvé le besoin de rendre publique l'autorisation de survol «sans limite» de l'espace aérien algérien par l'aviation française. Personne ne l'accusera d'avoir provoqué l'attaque d'In Amenas - on hurlerait à la théorie du complot !- mais cela n'empêchera pas des gens raisonnables d'y voir un élément déclenchant d'une opération déjà préparée par les terroristes.


Il y a des mois on s'inquiétait, ici, d'un «glissement progressif» de l'Algérie dans la guerre malienne. Désormais, avec ce qui s'est passé, certains seraient enclins - et en France on le dit ouvertement - à dire que l'Algérie est, qu'elle le veuille ou non, dans la guerre malienne. Il n'est en général pas indiqué de parler de questions stratégiques dans des moments délicats et difficiles comme celui que traverse l'Algérie. Et où le pouvoir algérien connaît, au moins en apparence, une certaine solitude. Mais il serait faux de dire que le débat stratégique ne se posait pas depuis des mois, voire des années. Des journalistes, avec leur limite, soulèvent ces questions dans une scène politique aphone. Comment défendre les intérêts de l'Algérie dans un monde où les forces dominantes mènent une entreprise de recomposition afin de préserver leur suprématie ?


Le cas de la Libye était un avertissement. Il y a un mouvement de contestation limité qui a été «traité» et transformé en «révolution» réalisée par les moyens de l'Otan. L'Algérie qui a refusé de«s'aligner» sur les Occidentaux a été attaquée et critiquée mais elle a surtout été neutralisée. Elle s'est retrouvée, paradoxalement, prisonnière de sa doctrine, juste et morale, de non-intervention dans les affaires d'autrui et de non-engagement des forces militaires nationales hors du territoire. Or, il est manifeste que ce qui se passe en Libye n'était pas une affaire purement extérieure et qu'on aurait gagné à être plus actif, plus proactif et d'agir plutôt que de subir. Mais aujourd'hui, avec cette attaque sanglante sur le territoire national, qui plus est dans le secteur d'activité le plus névralgique, l'Algérie doit se laisser aller à suivre le «paradoxal effet d'aubaine» qui plaît secrètement à Paris pour aller au Mali ?


Les arguments simplistes pour répondre «oui» ne manquent pas. Le plus reitéré ces dernieres heures est qu'il vaut mieux aller attaquer les terroristes au Mali avant qu'ils ne viennent ici. Mais une réponse simpliste ne peut qu'évacuer le débat stratégique. Quel intérêt devons-nous défendre ? Est-ce que la qualite de nos institutions - démocratie, efficience -permet de se projeter de manière autonome dans un environnement compliqué pour défendre nos intérêts sans devenir des agents ou des supplétifs d'une recomposition décidée de l'exterieur ? Et pour des intérêts qui ne sont pas les nôtres. Aujourd'hui, il faut bien s'en tenir à la «doctrine» de non-intervention sur des théâtres extérieurs. Mais si l'on pense aux intérêts de l'Algérie, il faudra bien engager le debat stratégique. Et il serait totalement absurde de croire qu'il peut être mene sans une réelle mise à plat de l'état du système algerien et de ses institutions. Il serait absurde de ne pas constater que cette affaire est un grave echec. Le pire, c'est bien cela, faire comme s'il n'a pas existé.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article