Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Une semaine après le début du ramadhan

Les non-jeûneurs moins traqués et les polémiques oubliées

L’Algérie va‑t‑elle vivre en 2011 son premier ramadhan sans polémique depuis plusieurs années ? La première semaine du mois sacré s’achève et aucune arrestation de non‑jeûneur n’a été signalée.

 

En 2010, la police avait sévi dès le deuxième jour du ramadhan : deux ouvriers du bâtiment avaient été arrêtés le 13 août à Aïn El Hammam, dans la wilaya de Tizi Ouzou, pour ne pas avoir observé le jeûne. Après un premier report, leur procès s’était tenu le 21 septembre. Ils avaient été relaxés. Le tribunal n’avait pas suivi le procureur qui avait requis trois ans de prison ferme contre les deux prévenus. Le 5 octobre, jour du verdict, un sit‑in avait eu lieu à l’extérieur du tribunal en soutien aux deux hommes mis en cause.

De nombreux autres non‑jeûneurs avaient été arrêtés durant le ramadhan 2010. Plusieurs personnes avaient été mises sous mandat de dépôt au début du mois sacré à Tizi Ouzou, Béjaïa et Oum El Bouagui pour avoir mangé dans des locaux pourtant fermés ou abandonnés, loin des endroits publics et donc des regards. Leur délit : « avoir porté atteinte aux préceptes de l'islam ». Pourtant, « aucune loi n'interdit de manger pendant le ramadhan. Nous leur avons expliqué au cours de nos plaidoiries que si on commence à arrêter les nonjeûneurs, on devrait aussi mettre derrière les barreaux tous les gens qui sont ailleurs que dans une mosquée pendant la prière », indique Me Mostefa Bouchachi, président de la Ligue algérienne de défense des droits de l'homme (Laddh). Son organisation avait soutenu plusieurs mis en cause en 2010 en mettant à leur disposition des avocats.

 

Cette année, la Laddh n'a été informée d'aucune arrestation. « Je ne pense pas qu'il y en aura cette foisci. Ils ne vont pas jeter de l'huile sur le feu et ouvrir d'autres fronts », indique un militant des droits de l'homme. Beaucoup d’autres militants interrogés semblent également convaincus que cette année sera différente. Ils évoquent l'instabilité de la région marquée par des soulèvements populaires et le contexte national caractérisé par les protestations sociales. Depuis le début de l’année, le pouvoir cherche à éviter de mécontenter la population : importation massive de produits alimentaires pour éviter les pénuries, instructions aux forces de sécurité pour se montrer indulgentes avec les automobilistes, etc.(…)

 

TSA.Tout sur l’Algérie. 8 août 2011  http://www.tsa-algerie.com/accueil/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article