Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

platanes caves tombés 2.JPG

  

 

La chronique du Condjador (70)

 

 

 

 

 

 

 

 

Opération coup de poing des gardes- forestiers à Boughdir, une  mechta du douar de Beni- caid. Motif : occupation illicite d’un terrain appartenant au domaine forestier. Suite à plusieurs avertissements et avis d’expulsion par la jutice, lundi 13 janvier les gardes-forestiers assistés de gendarmes se sont attaqués à plus d’une centaine oliviers plantés illicitement par un particulier, B.S.

 

 

 

Ils les ont les coupés à ras le sol. Ces oliviers abritaient plus d’une centaine de ruches d’abeilles qui sont restés exposées au vent. Avant cette opération, les oliviers les cachaient et servaient aussi de brise-vent. B.S a été inculpé et condamnée pour occupation de terrain appartenant au domaine forestier.

 

 

C’est maintenant un paysage de désolation, avec ses centaines d’oliviers couchés, les passants et les habitants de la mechta commentent ce massacre, puisqu’ils connaissent mieux le travail et le sacrifice qu’il faut effectuer pendant plusieurs année pour avoir obtenir un olivier qui peut continuer à grandir et à produire sans l’intervontion de l’homme. Ces  oliviers rasés avaient l’âge d’environ 15 ans. L’âge où le paysan peut dire ouf !, j’ai réussie.

 

 

B.S. était poursuivi pour la coupe illicite d’arbres (chênes-liège centenaires) dans cette partie de la mechta qui porte le nom de ballout.

 

 

 

 

Avec leur propre coupe spectaculaire, les gardes forestiers ont refait la même faute que cet accusé qui avait coupé les chênes-liege et  pris en flagrant délit, d’aprés les témoignages des voisins. « Le plus approprié aurait été de laisser ces oliviers grandir dans le domaine forestier, enlever la clôture pour rendre le terrain à la forêt » disent les gens dans la logique naturelle que nos lois ne prennent pas la peine d’écouter.

 

 

Sonelgaz a coupé plusieurs arbres, sur cette même place, au début de l’année passée. Elle coupe continuellement des arbres sur des milliers de kilomètres, près des lignes de haute tension. Dernièrement, à Tassoust où ils gisent encore sur le sol. Cette ressource naturelle n’est même pas exploitée.  Un gachis et une grosse perte. Même les coupeurs d’arbre illicites qui refusent de les prendre à cause du risque. Ces spécialistes de la coupe refusent des fois des travaux de coupe d’arbres chez les particuliers s’ils ne sont pas sûrs de l’appartenence du terrain. Les bois nobles sont vendus pour la fabrication de bateaux de pêche, les autres sont transformés en charbon.

 

 

Ce sujet de coupe d’arbres nous replonge dans l’histoire ancienne. Celle du grand massacre des platanes à Jijel. On a appris par la suite  que cette destruction des platanes a été effectuée dans plusieurs villes de l’est du pays, et pas seulement à Jijel.

 

 

Cette destruction de ce bien public et historique avait comme but d’alimenter les hammams d’Alger, mais seulement pour les branchages et les troncs de faible dimension. Les plus gros étaient exportés au Canada. Et c’est principalement pour répondre aux normes de dimension des planches pour cette exporation qua eu lieu cette historique et atroce hécatombe. Le drapeau du Canada porte au milieu la feuille d’érable-platane. Dans ce pays, le platane est formalement interdit à la coupe, les régléments pour son exploitation sont très stricts.

 

 

 

Le Condjador, Jijel, 16 janvier 2013

 

 

Post-scriptum

 

 

 

Lorsqu’ il s’agit d'expulser un citoyen ou de l’exproprier, l'admnistration locale à Jijel fait les choses très vite. Pour l’utilisation de la force publique en cas de conflit entre l’Etat et le citoyen, El idara ne perd pas de temps et le milef  saute de bureau en bureau, signé et tamponné. Dans le cas de litige citoyen contre citoyen, il faut attendre 20 ans et plus de jujements et de cartons, avec kwaghat, glicémie, arrêt cardiaque pour cumul de stress et de déception causés par la mafia qui nous gère.

 

 

 

Si l’Etat t’exproprie, pour les compensations tu peux courir. Si tu insiste pour être convenablement indemnisé, tu es accusé de vouloir voler l'argent qui dort dans les coffres du Trésor à jijel. A toi de prouver le contraire, avec un délai de huit ans, le temps nécessaire à cette mafia pour le faire travailler à leur compte.

 

 

Ceux qui veulent retirer une grande somme de leurs comptes Cnep ou autre doivent passer par des intermédiaires qui prennent une tchipa. C’est le directeur lui même qui te donne ton argent dans son bureau. Sinon pour sortir 600 000 dinars, il te faut six semaines par petites doses !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article